La tâche ingrate des parents…

Drew Hays

Chers parents de mon entourage… n’êtes-vous pas tannés de vous culpabiliser pour tout? N’en n’avez-vous pas marre de devoir être si parfaits, si présents et si patients? En avez-vous assez de vous sentir juger, de vous mettre la pression, de vous sentir sur le point de craquer à tout moment? Je vous regarde vivre et je suis épuisée pour vous…

Je discutais hier avec une amie qui m’a ouvert son cœur et m’a fait un long exposé de la réalité versus les belles promesses de la société. J’ai beaucoup de compassion pour les parents qui font tout leur possible et qui parfois sont découragés. Allaiter n’est pas à la portée de toutes et parfois, non, bébé n’en veut juste pas de votre lait. Il peut être intolérant ou simplement ne pas être fait pour ça… Et oui, la société vénère l’allaitement, oui ça coûte moins cher, oui c’est attendrissant une mère qui allaite… Mais une mère qui ne dort pas parce que son bébé pleure beaucoup parce qu’il n’arrive pas à digérer le lait… Ben c’est moins cute et surtout, c’est vraiment dommage pour elle qui subit toute cette pression inutile. Et pour celles qui réussissent, ne le faites surtout pas en public car on vous jugera… ein?

Autre point que mon amie me partageait : dans les livres bourrés de théories incohérentes, on dit que bébé dort près de 18 h par jour dans les premières semaines. Je crois que vous vous accorderez tous pour dire que c’est de la bouillie pour les chats… Si ça vous arrive, achetez-vous un billet de loto. Aucune maman de mon entourage ou presque n’a eu ce privilège.

Et un point qui semble en irriter plus d’une : l’image que l’on projette du bonheur de la grossesse… Pour certaines, ce sera magnifique, merveilleux, idyllique… Mais pour beaucoup de femmes que je connais ou que j’ai lues sur des blogues, cette période n’est qu’un mal nécessaire pour accueillir leur poupon. Le corps se transforme, les goûts changent, les symptômes peuvent être particulièrement désagréables et le poids traîné empêche de bouger normalement. Sans compter l’habillement qui devient difficile. Mesdames, déculpabilisez-vous si vous n’avez pas aimé être enceintes, vous n’êtes vraiment pas seules…

Cet échange avec mon amie m’a beaucoup fait rire et l’a surement soulagé un peu… Mais ça m’est resté en tête toute la soirée car j’ai l’impression que les mères sont mal à l’aise d’en parler, de peur d’avoir l’air ingrate ou égoïste. Alors quoi de mieux qu’une simple mortelle comme moi qui n’a jamais eu d’enfant pour « porte-paroler » un peu et donner une voix à ces femmes qui subissent le jugement de notre société trop coincée?

Je suis une « matante gâteau », j’adore les enfants mais je trouve que mes amies font face à des défis colossaux quand il s’agit d’arrimer leur vie de mère, de blonde et de professionnelle dans leur domaine. Pourquoi faudrait-il que tout soit si parfait? Vos enfants vous tapent sur les nerfs parfois et vous savez pourquoi? Parce que ce sont des humains, tout simplement… Tout comme vos collègues peuvent vous irriter, vos voisins peuvent vous déranger et votre belle-famille peut vous stresser… Tout le monde tape sur les nerfs de quelqu’un à un moment donné et les enfants aussi. Il ne s’agit pas de la 8e merveille du monde, c’est simplement votre progéniture, avec ses défauts et ses qualités, qui tente de devenir une petit humain correct et acceptable mais qui teste vos limites et vous met en pleine face vos propres travers.

Ne soyez pas trop durs envers vous-mêmes chers parents. Soyez humains vous aussi… Et vous savez, dans notre temps, on ne se gênait pas pour faire garder les enfants par une petite gardienne qui avait fait son cours de gardien averti… Pourquoi aujourd’hui on semble croire que seule la famille est apte à s’occuper des enfants? Une gardienne un soir, ça vous permet de décompresser, de relaxer, de vous changer les idées et surtout de recharger vos batteries. Vos enfants n’en seront ni traumatisés, ni marqués… Bonus, ils se seront peut-être vachement amusés avec une personne qui a une approche nouvelle… Gros risque quand même n’est-ce pas?

Bref… Vivez donc plus sereinement votre vie de parents, soyez indulgents envers vous-même, permettez-vous des pauses, des erreurs et des fous rires avec vos amis sur vos derniers moments peu glorieux… On est là pour ça, vous écouter, vous divertir et vous soutenir.

 

P.S. pour rire un bon coup, visionnez ceci.

Photo : Unsplash | Drew Hays

Related Posts

Kristopher Roller Cessons de juger 12 juillet 2017
Trần Toàn La laideur humaine 21 février 2019

Leave a Reply