Se préparer au bonheur…

Jake Givens

J’ai tendance à croire que, dans la vie, tout arrive pour une bonne raison. Parfois, c’est plus difficile de comprendre. Par moment, seul le temps peut nous permettre de déchiffrer le sens caché d’une situation. Mais je crois sincèrement que derrière chaque épreuve se cache une leçon et qu’on a toujours quelque chose à apprendre de ce qui survient dans notre vie.

Quand on répète des situations malsaines, c’est qu’on n’a pas encore retiré ce qu’il y avait pour nous dans ces moments difficiles. L’apprentissage est un processus qui peut nécessiter plus essais-erreurs et dans certains cas, on croit avoir tout saisi mais la vie nous réserve des surprises. Dans d’autres cas, il peut s’agir de gens qui nous paraissent aux premiers abords comme incompatibles avec nous et finalement, quand on creuse un peu, on se rend compte que c’est simplement qu’ils nous font sortir de notre zone de confort. On a souvent tendance à aller naturellement vers le connu, vers ce qu’on est habitué de voir ou de faire.

Il y a quelques années déjà, j’ai fait une lecture qui m’a beaucoup apporté et dont j’ai parlé dans ce billet-ci. Le livre en question, Le Why Café, de l’auteur John P Strelecky, m’a réellement marqué et depuis, je l’ai prêté à plusieurs personnes de mon entourage en plus de l’avoir relu à maintes reprises. Et dans mon cas, il est très rare que je m’adonne à une relecture, contrairement à la musique que je peux dévorer à répétition. En cette période où bien des gens remettent en question leur carrière, leur mode de vie, leur façon d’être, cet ouvrage court et simple peut vous être fort utile.

Dans un autre ordre d’idée, la saison chaude qui s’amène à nous cette semaine me fait rêver de journées de jardinage, de contact avec la nature et de retour aux sources. Originaire de la campagne, à chaque printemps, je savoure l’odeur de la terre mouillée, la vue des feuilles qui poussent aux arbres, les bourgeons de mes lilas qui annoncent une floraison imminente et le chant des oiseaux qui semblent revivre et nous annoncent qu’ils sont bel et bien heureux et nous le ferons savoir pour les mois à venir.

Année après année, l’effet du printemps est toujours aussi flagrant sur moi et à voir le sourire sur les visages que je croise, je crois bien qu’on souffre tous de la même dépendance au beau temps. La chaleur des rayons du soleil me semble plus efficace que n’importe quel antidépresseur. Après avoir rêvé du sud pendant tout l’hiver, on peut maintenant apprécier les beaux paysages qui se développent lentement sous nos yeux. Planifier l’aménagement paysager, décider des vacances estivales, découvrir le rosé qui deviendra notre coup de cœur de l’été, trouver des lectures légères ou de nouveaux groupes musicaux qui accompagneront nos moments de détente…

Après vous avoir suggéré Le Why Café comme lecture, je vous partage mon rosé récemment découvert et qui accompagnera mes apéros de cet été (La Moussière). Aussi offert en blanc, ce vin minéral et délicat se joint à mes coups de cœur inconditionnels.

Si vous avez des suggestions, elles sont les bienvenues! Je vais sous peu créer un petit répertoire de découvertes en tout genre et votre collaboration est la bienvenue.

 

Photo : Unsplash | Jake Givens

Related Posts

Alisa Anton Dire je t’aime, un livre à la fois 26 octobre 2016
La jeunesse inspirante 13 avril 2017

Leave a Reply