Se tenir debout

Soragrit Wongsa

Hier, j’écoutais en rafale les épisodes du podcast Grand écart, sorte de défi personnel de Jean-Philippe Wauthier, partagé avec nous afin de l’empêcher d’abandonner. Ancien grand sportif, la vie de famille et le travail l’ont éloigné de la forme physique et des bonnes habitudes santé. Dans ces courts échanges, il nous partage ses réflexions et rencontre des spécialistes et des amis afin de discuter de la place du sport dans nos vies ainsi que sur les meilleurs moyens de garder notre motivation à niveau.

Un des invités qui m’a le plus interpellée est Jérémie Fiset, un spécialiste de la posture qui a suivi nombre de formations et s’est entouré de mentors afin de bien saisir comment le corps agissait avec ou sans entraînement. Très jeune, il a été exposé à la nécessité de maintenir la structure du corps dans un état idéal pour pouvoir l’utiliser à son plein potentiel. Il a décidé d’accompagner les gens dans le rétablissement de leur posture et leur faire prendre conscience de ce qui cloche dans leur façon de se tenir.

Travaillant devant un écran à longueur de journée, je sais pertinemment que j’ai un problème de posture. Le yoga m’a aidé pendant longtemps à prendre conscience de mon corps mais je n’ai jamais réussi à trouver la formule qui me gardait droite en tout temps. J’ai donc été très attentive quand M. Fiset parlait de présence et de sensation, de prise de conscience et de petits changements qui peuvent avoir un grand impact.

Mais ça m’a aussi fait réaliser à quel point il est important de se tenir debout, le plus souvent possible. Comme il l’explique dans l’épisode consacré à la posture, bien des gens vont aller faire du sport, une heure, deux heures, pour ensuite aller sur le sofa pour regarder la télé. Malheureusement, notre mode de vie très sédentaire nous prive d’une bonne santé, compresse nos organes et amène son lot de maux et d’inconfort par le simple fait qu’on n’a plus de tonus.

J’ai toujours été intéressée par le corps, par sa capacité à s’autorégénérer et par son potentiel immense. Je sais, consciemment, qu’on peut tout corriger avec des exercices et des efforts mais on dirait que je ne sais plus comment m’y prendre. Je suis pourtant plus en forme que je ne l’ai été pendant des années, plus à l’écoute aussi mais malgré cela, je ne trouve pas ma posture optimale.

J’attends donc avec impatience les nouvelles dates pour le cours d’introduction aux réflexes posturaux de l’entreprise aeküus de Jérémie Fiset. J’ai la nette impression que j’apprendrai beaucoup et que je pourrai bénéficier de trucs importants et utiles pour mon périple sur les chemins de Compostelle.

J’ai toujours cru que, s’il y a bien une chose dont on doit prendre soin dans la vie, c’est son corps. On va au garage au moindre bruit louche dans sa voiture, on fait venir des professionnels pour mille et uns problèmes dans sa maison mais on tarde tellement à consulter quand notre corps nous montre des signes de fatigue ou de blessure. C’est malheureux car le matériel peut se réparer ou être remplacé mais notre corps, lui, doit nous suivre toute notre vie.

C’est dans cette même optique que je reprendrai mes routines de yoga et que je fais religieusement mes exercices de renforcement à la maison afin d’être fin prête à aller fouler le sol espagnol dans deux mois (OMG, déjà!). Quand une date butoir arrive à grands pas, l’euphorie et le micro-sentiment d’urgence nous pousse à en faire plus. Au même titre que je m’équipe en matériel ultraléger, j’espère que mon corps lui aussi fera preuve de légèreté et de souplesse afin que je puisse admirer les paysages sans trop souffrir… Mais ça, je le verrai bien en temps et lieu!

 

Photo : Unsplash | Soragrit Wongsa

Related Posts

Nathan Dumlao Tout va bien 23 janvier 2020
Wil Stewart Le bonheur qui file 26 juin 2017