Voir le beau

Erik-Jan Leusink

En ce moment, nous sommes tous anxieux et c’est tout à fait normal. Ce que nous vivons est exceptionnel, hors du commun et complètement inconnu. Se faire forcer à l’isolement, on va se le dire, on ne jasait pas de cela à Noël dans nos plans et résolutions 2020… Mais dans toute situation difficile, il y a du beau, il y a du bon. Ne serait-ce que pour l’environnement, notre planète si malmenée qui souffle un peu ces temps-ci et reprend un rythme plus doux, plus sain. Ou sur l’implantation du télétravail qui, obligé en temps d’isolement, deviendra une norme plus acceptée puisque les gestionnaires réfractaires vont réaliser à quel point ce n’est pas la récréation qu’ils craignaient.

Les gens se parlent et prennent des nouvelles des autres plus que jamais, on pense à nos proches, on s’assure qu’ils vont bien, on fait le tour (virtuel) de notre monde. On pense à de nouveaux modèles, de nouvelles façons de faire, de vivre. On voit le partage et l’entraide abonder et les liens se tisser. L’humain est un être de relation et dans l’adversité, il le redécouvre.

Pour les célibataires, c’est une période de réflexion mais aussi de prise de conscience, sur la solitude, bien sûr, mais aussi sur ce qu’ils désirent profondément d’une relation. Pour les couples, ce peut être une période de rapprochement ou même de retrouvaille. On a bien sûr entendu parler des cas de violence conjugale qui risquent de devenir problématiques avec cet enfermement et ce niveau de stress plus élevé. Soyons attentifs et pensons à ces gens qui auront grandement besoin de nos bras ouverts quand la vie reprendra son cours.

Nos anges gardiens comme le dit notre Premier Ministre que constitue le personnel soignant mais aussi les gens d’entretien, les commis d’épicerie, ceux en entrepôt ou sur la route qui s’assurent que les tablettes se remplissent de denrées; on a besoin de tout ce beau monde pour continuer de fonctionner, même si c’est au strict minimum. Parce que ce minimum prend beaucoup de gens, des perles, des petites lucioles en ce temps sombre.

Espérons qu’après cette crise, on dira encore un merci aussi sincère à la caissière, on aura autant de considération pour l’infirmière, l’éboueur ou le préposé à l’entretien. Le retour à la routine tant attendu devra tout de même nous induire de conserver cette conscience de la fragilité de notre équilibre. Au lieu de chialer sur ce qu’on n’a pas ou sur ce qui ne fonctionne pas comme on pense que ça devrait l’être, j’espère qu’on se sentira tout simplement chanceux de vivre librement, sans confinement ni contrainte. Et pas seulement pour quelques jours…

Dans la vie, tout a un sens, il suffit de se poser la question un peu plus profondément pour comprendre. Prend-on la mesure de nos libertés, est-on lucide concernant notre vulnérabilité, mesure-t-on l’importance de l’art et de l’humain qu’on met de côté au profit de la technologie envahissante?
Les conséquences sur les droits humains et sur les conditions de vie de la situation actuelle sont sans précédent et, bien que temporaires, les mesures prises pour « sauver des vies » nous rappelle que dans certains pays, la démocratie dont nous bénéficions n’est pas aussi limpide. Pour nous, la vie reviendra comme avant alors qu’à certains endroits, des pouvoirs abuseront de la situation pour réprimer encore plus les citoyens.

Apprécions notre vie ici, soyons reconnaissants de ce qui nous entoure. Notre système de santé, notre nature qui explosera sous nos yeux en ce printemps tant attendu, notre richesse morale et culturelle… On a beaucoup et on le voit peu dans notre quotidien surchargé. La vie exige une pause qui nous offre la possibilité de tout voir sous un angle nouveau, frais comme la brise printanière… Profitons-en. Savourons. Apprécions.

Photo : Unsplash | Erik-Jan Leusink

Related Posts

Lionel Gustave Une petite pause pour mieux continuer 29 juin 2018
Andrew Neel Explorer sa vie 4 janvier 2017