La médecine douce

medecine_douce

Chaque mardi, Marie-France Léger fait la lumière dans La Presse + sur une pratique tout en douceur, telle une invitation à reprendre son souffle et à se faire du bien. Cette semaine : la médecine douce après la dépression.

Comme nous l’indique ce dossier « Au Canada, 10 % des citoyens prennent des antidépresseurs, selon ce qu’a rapporté L’actualité médicale en décembre dernier. Entre 2005 et 2008, ce sont les jeunes Québécois qui ont obtenu le triste titre de plus grands consommateurs d’antidépresseurs du pays pour les moins de 19 ans, selon une étude d’IMS Health. Et le nombre d’ordonnances ne cesse de grimper année après année. »

Des données désolantes mais qui témoignent d’un besoin grandissant d’adopter des habitudes de vie saine et d’être alerte aux signes précurseurs de dépression.

Il est aussi intéressant de constater qu’outre les pilules, des moyens plus naturels permettent d’aider à remonter la pente. Pensons notamment à l’activité sportive qui active la production d’endorphines, responsables du sentiment de bien-être. Le yoga, l’acupuncture, le massage et plusieurs autres pratiques complémentaires à la médecine tradtionnelle peuvent aider à surmonter cette période difficile.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le dossier complet via les liens suivants :

SOURCE : La Presse +

Related Posts

Toa Heftiba Laisser aller notre passé 15 juin 2018
sport Combattre la sédentarité 8 octobre 2013

Leave a Reply