Le 27 août, j’achète un aliment québécois!

Neha Deshmukh

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les fruits et légumes frais, portant encore les traces de la terre qui les a accueilli et fait grandir. Quand j’étais petite, notre immense jardin représentait à mes yeux un infini monde de saveur, d’odeur et de plaisir. Cueillir une carotte directement dans le potager, la secouer un peu et y croquer à pleine dent est un souvenir mémorable et je peux encore ressentir tout le bonheur que ce petit moment m’apportait. Avoir sous la main fruits et légumes, fines herbes et fleurs comestibles représente une richesse quand on pense à tout ceux qui peine à trouver de quoi nourrir leur famille dans le monde entier.

Le nutritionniste urbain, Bernard Lavallée pour ne pas le nommer, récidive avec son événement « Le 27 août, j’achète un aliment québécois!« , inspiré du concept similaire pour les livres qui s’est tenu récemment. Le concept est fort simple :

Le 27 août, vous êtes invités à acheter un aliment québécois, à vous prendre en photo avec cet aliment et à partager la photo avec le mot-clic #alimentsQc

Je trouve cette initiative particulièrement intéressante quand on pense à tous nos producteurs et cultivateurs qui travaillent d’arrache-pied pour nous offrir des aliments de grande qualité qui n’auront pas parcouru des milliers de kilomètres avant d’aboutir dans notre assiette. Et que dire de la variété qui nous est offerte? C’est tout simplement fascinant de voir tout ce que l’on est en mesure de produire ici et je vous encourage fortement à faire ce petit effort pour favoriser les aliments du Québec. Que vous désiriez ou non partager la photo de votre achat sur la page de l’événement, là n’est pas la question. Mais d’être conscient de ce que l’on achète et de l’impact que cela peut avoir sur la survie de nos producteurs et sur l’environnement, voilà le message que je trouve pertinent dans tout cela.

Dans le fond, cette journée est un incitatif pour nous rappeler une « bonne pratique » qui devrait se faire à l’année. Parfois, certains diront que ça coûte plus cher mais j’ai le sentiment que plus nous en achèterons, plus le volume sera grand et plus les prix pourront être abordables, pour toutes les bourses et toutes les familles. Collectivement, nous avons ce pouvoir et cet impact. Cette initiative me plaît et quand quelque chose m’allume, j’en parle, je le partage pour que le plus grand nombre de personnes en soit informés et puissent à leur tour diffuser le message. N’est-ce pas ainsi qu’on arrive à faire bouger les choses? Peut-être suis-je utopiste… Mais je m’assume 🙂

Et tiens, tant qu’à y être, je vous invite à consulter le blogue de ce cher nutritionniste urbain. J’y ai trouvé  de biens bons articles et des recettes simples et savoureuses.

Bon appétit!

 

Photo : Unsplash | Neha Deshmukh

 

Leave a Reply