Changer pour évoluer

Joe Beck

Le changement…

C’est quelque chose qui nous frappe de plein fouet ou qu’on planifie minutieusement… C’est un hasard de la vie ou une marche que l’on monte vers l’inconnu. C’est parfois une lumière au bout d’un tunnel sombre, parfois un petit vent de fraîcheur qui nous surprend agréablement…

Comme l’a si bien enseigné Bouddha :

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement.

Certains en ont peur comme la peste, d’autres l’embrasse comme un cadeau de la vie.

À certains moments, le changement nous amène complètement ailleurs et d’autres fois il nous rapproche de ce que l’on est vraiment, de ce qui nous ressemble.

Le changement peut être salvateur, souffrant, libérateur, violent, doux, profond, superficiel… Il existe autant de type de changement que de type d’humain. Mais il survient souvent quand on ne s’y attend pas vraiment. On y pense, on en rêve, on le craint, on le fuit… Dans toute une vie il nous aura fait autant rire que pleurer…

S’il est une chose dont on soit sûr, c’est qu’il y en aura d’autres. Et c’est tant mieux! Si on contrôlait tout et pouvait décider de ne pas changer, je n’ose imaginer toutes les belles rencontres, les opportunités d’évoluer et les prises de conscience que j’aurais manqués. Grâce au changement, je suis qui je suis et c’est parfait ainsi!

Mais parfois je réfléchis à ma réaction à certains changements survenus dans le passé et je réalise que la peur a par moment, dominer ma prise de décision. Comme dans bien des sphères de la vie, plus on vieillit et gagne en maturité, plus on apprend de nos erreurs et plus les choses se font naturellement, ou du moins dans un état d’esprit moins tourmenté. Avec le temps, on apprend à se connaître, nos choix sont plus alignés avec notre essence et les changements perturbent moins notre vie. Ou peut-être être simplement que nous accueillons mieux ces perturbations? Qu’on en mesure mieux les impacts?

Et si finalement c’était qu’on attirait simplement de « meilleurs changements »? On dit souvent que quand on commence à changer nous-mêmes, tout autour de nous se met à changer aussi, à entrer dans la danse et à suivre notre rythme. Peut-être est-ce simplement que nous maîtrisons mieux les pas de cette valse? Que nous sommes plus connectés avec notre propre cadence?

Chose certaine, pour ma part, j’aime le changement. En fait, après quelques années de « stabilité », l’envie de bouger me prend. Et cela m’a pris des années à l’accepter et à arrêter de me sentir « anormale ». Je suis comme je suis… j’aime le changement, j’aime le risque, les sauts dans le vide, être déroutée, prise par surprise, me projeter en dehors de ma zone de confort.

Vous savez, c’est comme lorsque l’on est assis trop longtemps à la même place et qu’on a l’impression de ne plus avoir de position… Ma vie est parfois comme ça. Rien de maladif, on s’entend! J’ai parfois douté qu’il s’agissait d’une fuite quelconque. Mais finalement j’ai compris que c’est dans ma nature, tout simplement.

Des changements sont en branle, d’autres surviendront, encore et encore. Et c’est ce qui me nourrit et me fait grandir. Rencontrer de nouvelles personnes, voir de nouveaux lieux, découvrir de nouvelles façons de penser. N’est-ce pas stimulant tout ça?

Mais à travers tous ces changements, une des décisions que j’apprécie le plus, c’est ce blogue, qui me permet de m’exprimer et de partager mes humeurs et coups de cœur. Et si ça plaît, tant mieux! Moi, ça me fait du bien 🙂

Photo : Unsplash | Joe Beck

Leave a Reply