Du haut du 20e étage…

Matthew Wiebe

Retour à la réalité ce matin, assise à mon bureau du centre-ville, au 20e étage d’une tour semblable à toutes celles qui l’entourent. Heureuse de revenir à une routine stable et réconfortante mais oh combien nostalgique des matins lents et doux, où je savourais mon café au lait emmitouflée dans mon pyjama et un jeté dans mon grand sofa, avec ma tablette, à lire ma Presse+ et à avoir hâte d’arriver à la fin pour faire les mots-croisés. Redécouverte pour moi, cet exercice mental qui améliore le vocabulaire et réveille mes méninges tranquillement.

Revenir à un rythme plus organisé, plus cyclique, ça peut en emmerder plus d’un mais moi, j’apprécie tout de même cette danse répétitive qui, jour après jour me procure un sentiment de stabilité. Je change de client parfois en début d’année, ce qui n’est pas le cas en ce 2016 maintenant établi. Je reviens donc dans l’ordinaire, dans le connu et malgré mes yeux qui se matin trouvaient la noirceur très peu motivante, je me sens reposée, prête à affronter les défis que je sais seront élevés et particulièrement exigeants dans les mois à venir.

Une nouvelle année amène aussi son lot de questionnements, de résolutions plus ou moins définies et surtout d’objectifs. Le mot résolution me fait un peu grogner car je trouve qu’il sous-entend qu’il y a un problème à résoudre. Tandis qu’un objectif, c’est plus axé vers le résultat, la cible à atteindre, le but qu’on se fixe en fonction de nos valeurs et nos ambitions.

Je ne m’épancherai pas ici ce matin pour vous bassiner avec mes objectifs personnels qui ne vous apporteront ni sourire ni fou rire. C’est sérieux un objectif 😉 Et je ne vous ferai pas la morale si vous n’aviez tien établit de concret à réaliser dans votre année. Le simple fait de passer au travers ces 365 jours sera pour certain un défi en soi. J’aime bien pour ma part regarder dans le rétroviseur et me dire s’il y a des éléments, des agissements, des paroles ou des gestes que j’ai eues ou tenus en 2015 qui n’étaient pas digne de ma personne. Et il y en a (personne n’est parfait)!

Donc, sans entrer dans les détails, je me dis que s’il y a bien une chose que je peux me souhaiter pour ce renouveau annuel, c’est tout d’abord de me pardonner ces écarts de conduite, et de tirer les leçons nécessaires à mon évolution personnelle et morale afin d’être fière de moi. S’accepter, ça prend probablement une vie entière pour y arriver réellement mais chaque moment qui me permet de me réaligner m’amène aussi un sentiment de calme intérieur.

Alors je nous souhaite beaucoup de moments de bonheur en cette nouvelle année qui débute car des gens plus heureux, ça fait des gens plus tolérants, plus accueillants, plus souriants et plus empreints de gratitude. Dans notre monde de bouleversement et d’abus en tout genre, on ne peut que désirer un peu d’accalmie et une ambiance paisible.

Manger mieux, faire de l’exercice et prendre soin de soi figurent en tête de liste des résolutions que j’ai perçues dans mon entourage. Si ça vous plait tant mieux mais ne soyez pas trop durs avec vous si rendu au mois de mars, vous avez dérivé quelque peu de cette route difficile. Je vous souhaite surtout de la tolérance envers vous et vos concitoyens car si on passe notre temps à se piocher sur la tête, on deviendra aigri et bougon. Et ça, c’est pire que d’être moins en forme 😉

 

Photo : Unsplash | Matthew Wiebe

Related Posts

roya ann miller Le pouvoir de changer les choses 17 octobre 2017
Jared Sluyter Savoir encore s’amuser 23 octobre 2017

Leave a Reply