Par ici le bonheur!

Ondrej Supitar

Hier, en ce 20 mars 2016, c’était la journée internationale du Bonheur. Une journée pour nous rappeler de cesser de chercher la perfection, d’arrêter de vouloir toujours plus, une journée où savourer le moment présent est de mise. Avez-vous su profiter de cette belle journée, avez-vous apprécié ce beau soleil printanier, pratiqué l’art de ne rien faire?

Je trouve toujours cela un peu cocasse les journées mondiales. Si vous fouillez un peu, vous découvrirez qu’il y en a pour tous les goûts, à toutes les sauces. Certaines sont importantes, comme le Jour de la Terre, et d’autres sont plus futiles comme la journée mondiale du Nutella qui se tenait le 5 février dernier. Avouez que vous ne l’avez pas vu passer celle-là!

Mais la journée du bonheur représente à mes yeux un certain rappel à l’ordre, une sorte de rendez-vous avec soi-même, un petit reminder pour se demander : qu’est-ce qui me rend heureuse? On cherche parfois très loin ce qu’on a pourtant sous les yeux, on attend souvent beaucoup des autres et de soi mais si on apprenait à se contenter de ce que l’on a, pour une fois? Je ne parle pas d’abandonner nos projets, de repousser aux calandres grecques nos rêves d’enfant mais disons que la tendance à vouloir toujours plus, à croire que tel gadget nous procurera ce sentiment tant attendu, c’est une illusion fort puissante et beaucoup trop présente.

Je suis une grande consommatrice d’objets déco et de vêtements et chaque année, j’améliore ma demeure car c’est une passion. Mais est-ce que tout ça me rend plus heureuse? Pas tant que ça ou du moins pas à long terme. Le matériel procure souvent un plaisir éphémère et au bout de quelques jours, on s’est habitué et finalement, tout revient comme avant. Et on passe à la prochaine montée d’adrénaline qui s’éteindra tout aussi rapidement.

Je rêve peut-être en couleur mais disons qu’entre avoir le temps de prendre une café avec mon amie versus le plaisir d’un nouveau morceau de linge, mon choix n’est vraiment pas difficile. Une présente est toujours plus intéressante surtout quand il s’agit d’une personne que l’on aime. Est-ce qu’on a perdu cette faculté d’appréciation de la compagnie des autres au profit de nos SMS et nos messages Facebook?

Quand je vois ces gens ensemble mais si seuls qui, chacun avec leur appareil bien en main, tente de se connecter au reste du monde plutôt qu’à leur compagnon à  quelques pas d’eux, je trouve cela un peu triste. Malgré toute cette accessibilité, j’ai l’impression qu’on n’a jamais été aussi loin les uns des autres. Plus personne ne lève la tête, les gens se bousculent presque car ils ne regardent plus devant eux… Ils communiquent avec des gens de partout dans le monde mais ne connaissent souvent pas leurs voisins…

Et si on tentait, quelques minutes par jours, de regarder autour de nous, de tenter de croiser le regard d’une personne, pour y voir l’étincelle, l’inquiétude ou la surprise, juste pour voir ce que ça fait? Question de se rappeler ce qu’un regard humain a de plus beau qu’un écran tactile. Car c’est bien beau les selfies mais je préfère grandement voir les nuances du regard que la retouche exagérée du filtre automatique de Facebook… Regardons-nous, sourions-nous… C’est gratuit et ça fait tellement plaisir 🙂

 

Photo : Unsplash | Ondrej Supitar

Related Posts

Paul Green C’est juste de la neige… 21 novembre 2016
Agnieszka Boeske Courageuse, vraiment? 20 août 2018

Leave a Reply