Trouver le bon côté des erreurs…

Aaron Burden

Ce matin, j’ai vu une phrase passer sous mes yeux, qui disait : la pire erreur à faire est de constamment avoir peur de faire erreur. Cette pensée, de l’écrivain et philosophe américain Elbert Green Hubbard m’a étrangement interpellé. Non pas que je considère être dans l’erreur mais plutôt à cause du fait que tout un chacun a sa définition de l’erreur.

Une erreur c’est quoi? Pour moi, c’est quelque chose que je regrette, quelque chose que j’aurais fait autrement, un faux pas, une bourde… Mais honnêtement, et depuis le temps que je vous casse les yeux avec ça (pas les oreilles car vous ne m’entendez pas!), je crois que rien n’arrive pour rien alors une erreur, peut-être, mais surtout une leçon de vie. Quand il nous arrive une situation de malaise face à nos paroles ou nos agissements, ça porte à réfléchir et parfois sur des choses qu’on ne pense pas habituellement, sans un déclencheur.

Admettre ses erreurs, c’est aussi très sain. Avouer qu’on s’est trompé permet le pardon, valeur fondamentale dans une société ou l’individualisme prend beaucoup trop de place. Et se donner le droit à l’erreur est une attitude d’autant plus mature à mes yeux. Car elle sous-entend que notre égo ne nous contrôle pas. Et Dieu sait que des égos, il y en a déjà beaucoup trop alors si on arrive à le faire taire, le mettre en veilleuse, c’est tout à notre honneur!

Avoir peur de se tromper, c’est un peu normal. Mais ne dit-on pas que ce qui ne tue pas rend plus fort? Pourtant, nous craignons bien souvent que nos faiblesses et nos manquements nous apportent des soucis, comme si de montrer notre vulnérabilité pouvait nous nuire. Avoir peur est souvent lié au risque, à l’inconnu, au changement et la crainte de tout cela nous assure la survie. Mais si on choisit constamment de rester sur place pour éviter les possibles soubresauts, on risque fort bien de passer à côté de bien des choses dans notre vie.

Je dis parfois que je vois des gens qui ont peur d’avoir peur. Et ça, c’est bien malgré eux la plupart du temps. Être figé par la peur, manquer de confiance en soi, avoir plus peur du changement que de la stagnation, c’est très triste selon moi. Je rebondis un peu sur mes derniers billets où je parlais de la beauté du changement, du fait que c’est souvent dans ces situations qu’on apprend à se connaître, qu’on se découvre une force ou une qualité insoupçonnée.

Avoir peur de faire des erreurs, c’est souvent s’empêcher de vivre de belles choses, des expériences enrichissantes. Même si par moment le chemin de l’apprentissage est chaotique et divergent de ce qu’on avait prévu, on réalise bien souvent des prises de conscience et des avancements dans notre personnalité que nous n’aurions pas eus autrement.

Je vous invite à réfléchir à ce que vous considérez comme des erreurs et à penser à ce que vous avez appris dans ces expériences de vie. Pour ma part, je regarde souvent ces moments comme des leçons de vie, comme si ça devait m’arriver pour que j’apprenne quelque chose. Et je pense qu’il vaut mieux remercier la vie de ces épreuves que de se faire du mauvais sang et ruminer son regret. Les énergies négatives ne sont jamais de bonnes compagnes de vie!

Leave a Reply