Famille : quand la lignée nous inspire…

Morgan Sessions

Ce samedi, un événement heureux était inscrit à mon agenda. Un moment qui s’annonçait déjà agréable et qui respecta ses promesses. C’était le souper d’anniversaire, surprise de surcroît, de mon oncle Louis, qui fêtait cette année ses 60 ans. Vous me direz qu’on passe tous pas là et qu’il n’y a pas de quoi faire un plat? Et bien, pour moi, je trouvais ce moment spécial car on a peu d’occasion de rassembler toute la famille pour faire une belle surprise à l’un de notre clan.

Louis, c’est le bébé de la famille Brisebois. Mais c’est surtout un homme fort, fier et respectueux. Un  papa et un grand-papa en or. Homme de peu de mots, sa présence à elle seule révèle son courage et sa détermination. Nouveau retraité, il se garde occupé et c’est toujours avec beaucoup de respect que je regarde ses photos de courses où on le voit, le regard entreprenant, bien droit et bien ancré dans ce monde qui est le sien.

Policier de carrière, il a maintenant remis sa plaque et a entamé cette année une retraite bien méritée. Je me souviendrai toujours du mariage de ma sœur où Louis, parrain de celle-ci, l’avait mené à l’autel, en l’absence de notre père, décédé quelques mois plus tôt. Fort à son bras, il avait apaisé la peine qui nous envahissait alors que notre paternel aurait dû être parmi nous lors de ce jour joyeux.

Voir la famille m’a rempli d’un bonheur immense car il n’y a rien qui puisse dépasser le sentiment d’inclusion que procure une réunion de famille. Se sentir avec les siens, à sa place, aimée, choyée et accueillie. Tous se sourient et s’embrassent avec respect et joie, sans jugement. Ça donne toujours un boost, une motivation, une charge d’énergie… L’effet de la meute qui s’accorde et qui se rassemble pour fêter l’un des leurs.

L’occasion était belle et m’a fait chaud au cœur. Hier était mon anniversaire et malgré que j’étais peu enthousiaste à l’idée de fêter mes 37 ans, âge qui annonce l’arrivée imminente de la quarantaine, de voir mon oncle aussi solide et en forme à ses 60 ans m’a réconciliée avec l’idée de prendre de l’âge. On vieillit tous me direz-vous… On avait cette discussion entre cousins ce samedi sur le fait qu’on n’a pas l’impression d’avoir l’âge que l’on a… Est-ce que ça arrive d’un coup sec sans qu’on s’en aperçoive? Est-ce simplement que les choses changent et qu’on est moins décalé des générations qui nous suivent?

On dirait que dans ma tête, à 40 ans, on doit être sérieux… Et dieu sait que ce n’est pas mon plus grand atout le sérieux. J’ai beaucoup trop envie d’avoir du plaisir dans la vie pour devenir sérieuse! Je ne parle pas de faire le party mais de m’amuser et de ne pas penser à mes RÉER… La vie me semble trop précieuse pour me tenir à carreaux et attendre ma retraite sagement. J’ai toujours détesté l’idée de rester tranquille pendant des années et amasser des sous pour éventuellement pouvoir en profiter. C’est maintenant que j’ai envie de vivre ma vie, pas dans 20 ans.

Bref, mon oncle Louis m’a permis de voir que même à 60 ans, je peux encore avoir l’énergie de courir un marathon si j’y mets l’énergie et les efforts nécessaires. Des sources d’inspiration, on en a partout autour de soi et les réseaux sociaux pullulent d’histoires inspirantes. Mais c’est toujours plus agréable de serrer dans notre bras notre source d’inspiration et de pouvoir lui dire : bonne fête mon-oncle! 🙂

 

Photo : Unsplash | Morgan Sessions

Related Posts

Tyler Nix Le langage du coeur 4 avril 2018
Madi Robson S’enrichir l’âme… 17 janvier 2017

Leave a Reply