Ajoutez de la vitamine G dans votre quotidien!

Kirill Nechmonya

Hier, j’ai proposé un billet qui parlait de la famille, du bonheur que procurent les rencontres avec les siens et du sentiment de faire partie d’un tout. C’était sans savoir que c’est actuellement la Semaine québécoise des familles. Quand on dit que rien n’arrive pour rien… Et c’est sous le thème Plein de familles, plein de réalités que la 21e édition de cet événement entend célébrer la famille du 9 au 15 mai 2016.

Étrangement, hier le 9 mai, c’était le 4e anniversaire du décès de mon paternel. Et pour la première fois, ça m’a moins affecté. Le temps fait son œuvre il faut croire… Mais tout ça pour dire que la famille, ça évolue, ça se transforme, ça perd des morceaux et ça en greffe d’autres. La famille, ce n’est pas seulement des liens de sang mais aussi des amitiés fortes, des rencontres importantes, des influences, des modèles… Dans notre vie, on croise tellement de gens différents et parfois on ne réalise pas sur le coup l’impact de ces moments croisés.

Je n’entrerai pas dans la définition de la famille car à mes yeux, chacun peut avoir son interprétation et c’est tout à fait correct. L’important, c’est d’être heureux et de se sentir aimé, apprécié et compris, peu importe l’origine des gens qui nous entoure.

Dans un autre ordre d’idée, je lisais ce matin un article sur les bienfaits de la nature, sur le shinrin-yoku ou bain de forêt. Loin d’être un nouveau concept me direz-vous mais on lui a maintenant trouvé un nom à ce qu’il parait! En gros, on peut résumer en une phrase le fait de tirer profit des bienfaits du contact avec la nature, même par de courtes immersions. Alors maintenant je sais pourquoi ça me fait tant de bien d’aller marcher au parc régional et d’aller m’asseoir sur une roche, au bord de la rivière, pour respirer et méditer.

En dehors de l’aspect ésotérique que cette nouvelle mode, il faut voir le bon côté. La nature, elle est là, elle existe, elle ne coûte rien et on peut en profiter à profusion sans recevoir un relevé de compte à la fin du mois. Ce que je veux dire, c’est qu’on a ni besoin d’un gourou, ni d’une procédure pour s’aérer l’esprit et prendre contact avec l’environnement sain et naturel qui nous entoure. Une simple marche en forêt, en mode contemplatif, suffit à calmer les neurones et à ramener un peu de paix à l’intérieur de soi.

Le shinrin-yoku a pour principe de vivre intensément l’expérience de la forêt, dans une optique de relaxation. Entre vous et moi, vous pouvez bien vivre votre expérience comme bon vous semble, tant que vous sortez et prenez l’air, c’est déjà mieux que de rester sur votre sofa! Un peu de vitamine G (pour green) vous procurera ses bienfaits, peu importe le lieu, la durée ou l’intensité de votre « expérience ». Et pas besoin d’aller à 300 km, le parc du Mont-Royal peut faire l’affaire!

Vous vous demandez peut-être le lien entre la famille et la nature? Je vous explique en quelques mots… Je suis née à Ferme-Rouge, en « banlieue » de Mont-Laurier et dès que c’était possible on allait se promener dans le bois. Les étés se passaient au chalet, ou le lac et la forêt étaient nos terrains de jeux favoris. Alors disons que ma vitamine G, je l’ai accumulé depuis mon plus jeune âge et qu’au moindre moment de stress, mon besoin de retourner me connecter est assez fort. Voilà la suite dans mes idées 🙂

Related Posts

Form Honorer son corps et sa force 27 juillet 2018
Saulo Mohana Au-delà des doutes 9 juin 2017

Leave a Reply