Vivre une vie pleinement humaine…

Brigitte Tohm

Quand on est petit on nous demande ce qu’on veut faire quand on sera grand… Quand on est grand, on nous demande ce qu’on fait dans la vie… Mais quand nous demande-t-on qui on est, ce qui nous passionne, nous anime, nous fait briller les yeux? Dans notre société actuelle, dite contemporaine, moderne, on se préoccupe beaucoup de la place occupée dans le monde du travail par une personne. La case qu’elle remplit dans le grand échiquier de la vie. Ou est-ce plutôt dans le grand mot mystère collectif?

Car pour moi, il y a toute une part d’incompréhension dans toute cette mascarade… Pourquoi est-ce si important ce que je fais comme métier? Pourquoi devrais-je me définir par ce qui occupe mon 9 à 5 plutôt que par ce qui stimule mon cerveau? Je suis bien d’accord qu’il faut avoir de l’argent pour vivre mais l’expression « gagner sa vie » n’est-elle pas malsaine? On n’a pas à gagner sa vie, on la possède déjà et c’est à peu près la seule chose qui nous appartient réellement en ce bas monde.

Réussir, avoir une carrière, performer… tout ça, ce sont simplement des concepts de vie imposé par la société capitaliste dans laquelle on se débat pour survivre. Mais n’avez-vous pas déjà croisé une personne hors normes, qui vivait simplement, sans embarquer dans le tgv de la réussite professionnelle et qui vous a semblé beaucoup plus calme et serein que nous, petits moutons trop épuisés pour réfléchir?

J’en connais quelques-uns et honnêtement, malgré mon statut de consultante qui me permet de prendre des pauses quand bon me semble, je les envie. J’aspire à pouvoir ralentir, prendre le temps de faire les choses, de peindre, d’écrire, de contempler la nature, de vivre à un rythme ou chaque petit changement ne viendra pas jouer sur mon stress. Chaque matin où je prends le métro et que je vois des gens courir pour entrer, courir pour sortir et se rendre au bureau, ça m’attriste.

Passer 40 ans de sa vie à se précipiter pour gagner une petite minute de plus, est-ce vraiment ça la réussite? Je ne crois pas… Et c’est très difficile de sortir du moule, de faire autrement, bombardés que nous sommes de tous ces messages de bonheur garanti en 3 paiements faciles… Et quand on a quelque chose, on en veut plus, on veut autre chose, on comble le vide de nos vies à grand coup de iPhone…

Et je ne m’en cache pas, je suis embarquée moi aussi dans ce tourbillon de consommation, d’image et de performance. Je suis efficace, acharnée, dévouée à mes clients… Mais quand je rentre chez-moi le soir, je n’ai pas tant ce sentiment de devoir accompli ou de fierté. Car je n’ai rien changé au monde, je n’ai rien créé pour toucher les gens, je n’ai pas eu d’impact sur la vie d’une personne, et surtout pas sur la mienne.

En fait, ce qu’il n’y a pas, c’est un sens à tout ce quotidien. Pour trouver un sens, il faut vivre dans l’être et non dans le paraître ou le faire. Être soi-même, en parfait accord avec ses valeurs, ses convictions et ses désirs profonds. Malheureusement, aujourd’hui ça semble être particulièrement difficile à accorder avec une carrière et une vie moderne. Mais à tout problème, il y a une solution et je reste convaincue qu’un jour je trouverai la façon d’être qui me conviendra parfaitement, de vivre une vie pleinement humaine!

Related Posts

Kalen Emsley Changer de paysage 24 mai 2017
Franck V. La règle des 5 minutes 29 octobre 2018

Leave a Reply