Sous la carapace…

A Fox

En ce petit matin gris, bien des sujets se bousculaient dans mon esprit durant mon trajet vers le bureau. Le manque de civisme de certaines personnes dans le métro me surprendra toujours alors que les portes s’ouvrent et que des citoyens jugent acceptables de rester devant les portes au lieu de se déplacer de deux pas pour laisser passer les autres. Et ça vient aussi avec le fait que plusieurs se permettent d’éternuer ou de tousser à tout vent sans la moindre gêne ni un intérieur de coude comme bloquant. Mais je m’égare de mon choix éditorial…

J’ai lu à deux reprises la chronique touchante et délicate de Suzanne Colpron dans La Presse sur la jolie Olie, une adolescente qui, du haut de ses 13 ans, a fait bouger les choses à sa façon. C’est que voyez-vous, malgré son jeune âge, la demoiselle est en fait née dans le corps d’un garçon. Lire son récit nous fait sentir bien innocent car son courage m’apparaît gigantesque. Oser aller parler en public dans le cadre d’un débat électoral organisé par le Conseil québécois des LGBT a dû lui en demander beaucoup mais son geste a porté fruit.

Le projet de loi 103, déposé mardi par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée, devrait être adopté sous peu si tout se passe bien. Et, en toute honnêteté, si une personne ose affirmer qu’il n’est pas constitutionnel ou irrecevable, il se fera jeter la pierre.

Je n’ose imaginer ce que ce doit être pour une petite fille de devoir se battre pour faire changer le sexe indiqué sur son passeport et dans tous les documents officiels, entre autre à l’école. On parle beaucoup d’intimidation depuis quelques années mais dans ce cas, on y va bien au-delà. On parle de respect et de dignité. Savoir qui l’on est mais ne pas pouvoir être accueilli et représenté comme tel parce que les lois n’ont pas encore évoluées.

Cette grande jeune fille saura toute sa vie qu’elle a fait changer les choses, qu’elle a apporté à la société un peu d’humanité et d’inclusion, sur base de compréhension et de non-jugement. Et entre vous et moi, on devrait apprendre beaucoup de cette adolescente qui, appuyée par ses parents, a su faire face à la musique et s’affirmer, malgré, je le présume, beaucoup de difficultés.

Nous sommes en 2016 et il apparaît parfois inconcevable que nous soyons encore pris dans des stéréotypes et des clichés aussi majeurs. Que ce soit le sexe d’une personne, son orientation, son style, sa langue, sa religion, ses croyances ou ses choix de vie, qui sommes-nous pour juger et apposer des étiquettes, imposer un mode de vie ou forcer une décision? L’inclusion et la reconnaissance de la différence devrait faire partie des cours à l’école… N’y a-t-il pas l’éthique au programme?

Je lève mon chapeau à cette Olie qui a su suivre son cœur et son instinct et parler au nom de millier de jeunes et moins jeunes qui ont dû vivre moult préjugés et revirements face à leur différence. Sous sa carapace, elle savait qui elle était. Elle a toute mon admiration et je lui souhaite une vie remplie de bonheur et de plaisir. À mes yeux, elle a fait avancer notre société plus que bien des ministres en poste…

 

Photo : Unsplash | A Fox

Related Posts

Nitish Meena Terminée, la morosité! 12 avril 2016
Michael Fertig Perplexité, quand tu nous tiens! 30 octobre 2015

Leave a Reply