Les distorsions mentales sur l’image corporelle…

Scott Webb

Je relisais hier un article datant de 2005 sur le regard sans pitié que les femmes portent sur leur corps. Et force est de constater qu’aucune amélioration en la matière ne s’est produite depuis. Les femmes ont énormément de difficulté à accepter leur corps et à avoir une image réaliste et fidèle de celui-ci.

On peut blâmer les médias, la publicité et tout le marketing qui est fait sur la beauté et les millions de produits qui en découle mais à la base, les femmes sont d’une exigence extrême envers elle-même. Vouloir être en forme et en santé est une chose tout à fait louable mais mettre la barre tellement haute et avoir des attentes impossibles à atteindre ne fait que détruire l’estime de soi.

Lorsqu’il est temps de se mettre à nue, corps et âme, les femmes ont tendance à angoisser et à rester dans leur tête plutôt qu’à se laisser aller aux sensations. C’est extrêmement triste je trouve et j’arrive mal à comprendre pourquoi on s’inflige tout cela. Car oui, on se met une pression folle sur les épaules, on s’enferme dans des stéréotypes irréalistes et on se gâche la vie, tout simplement.

S’il y a bien un phénomène universel et infaillible, c’est que le corps change et vieillit au rythme du temps qui passe. On dit souvent d’un homme qu’il est plus joli avec ses tempes grises. Mais dès l’apparition des cheveux blancs chez une femme, celle-ci court chez le coiffeur pour masquer le tout. Et regardez le nombre de produits supposés miracles pour la perte de poids et le nombre de personnes qui finissent à l’urgence parce qu’ils ont tentés de perdre quelques livres en les consommant ou en se privant de manger.

Notre image est devenue une obsession et l’étalage sur les médias sociaux des photos retouchées de star n’aide en rien à redorer l’image d’un corps « normal ». Je mets de guillemets car il n’y a pas un corps normal. Il y a DES corps, DES formes, DES modèles distincts. Il est impossible de croire que tout le monde peut ressembler à une barbie avec ses mensurations utopiques. Et le pire dans tout ça? C’est que notre cerveau le sait!

Pourquoi n’arrive-t-on pas à mettre en pratique la théorie si évidente que notre corps est ce qu’il est et qu’on doit l’accepter ainsi? Je cite à nouveau les paroles de ma prof de yoga : « notre corps est notre temple ». Il nous envoie des messages constamment mais on refuse de l’écouter. On s’inflige des entraînements ardus, des régimes dangereux et surtout, un jugement critique pénible et destructeur.

Il y a eu dernièrement la journée sans maquillage… Au-delà d’une journée sans artifice, je crois que c’est la journée mondiale de l’acceptation corporelle qu’on devrait instaurer. Une journée sans jugement où le corps est célébré, dans toutes ses formes et ses différences, dans sa beauté, dans sa force et dans son incroyable faculté de nous supporter jour et nuit. Il peut donner la vie et il nous suit toute notre vie. Pourquoi est-on si méchant avec lui? C’est pourtant notre meilleur ami…

 

Photo : Unsplash | Scott Webb

Related Posts

Toa Heftiba Embrasser le futur 2 juin 2017
Soragrit Wongsa Se tenir debout 16 juillet 2018

Leave a Reply