Un esprit sain dans un corps sain

Matthew Wiebe

Avez-vous déjà remarqué à quel point ça fait du bien de se cuisiner un bon petit plat maison? Quand on le déguste et qu’on sait qu’on a pris le temps de le faire pour soi, avec de bons aliments frais… Dans notre vie hautement condensée, il devient de plus en plus difficile de se réserver du temps pour soi, dans la lenteur du moment présent. Tout va si vite et dieu sait qu’il s’en passe des choses sur la blogosphère et les réseaux sociaux pendant qu’on brasse lentement notre soupe aux légumes… Tout ce qu’on rate alors qu’on aurait pu acheter un plat tout fait à l’épicerie et ainsi suivre les péripéties flamboyantes qui défilent sur Facebook, Youtube ou Twitter…

Mais quand on comprend que cela ne nous nourrit pas, dans tous les sens du terme, on s’en éloigne tranquillement. On vivait bien avant de s’attarder aux frasques de quelques joyeux lurons en Allemagne ou au dernier exploit du fils, du frère de l’amie d’enfance… On se les racontait, ces histoires-là, quand on se voyait, en vrai. Maintenant on se résume tout ça quand on se voit, si on prend le temps de se voir. « As-tu vu passer la vidéo d’un tel… » « Es-tu au courant pour Julie? J’ai vu ça sur Facebook… »

Je trouve ça un peu déroutant car on dirait que si on se déconnecte un peu, on perd le fil, on n’est plus dans le coup. Mais pourtant la vie, la vraie, elle se passe autour, dans la réalité et non dans le virtuel. Je reviens beaucoup sur cela ces temps-ci mais on dirait que ça me frappe plus qu’avant. Peut-être parce que j’utilise différemment les réseaux sociaux et que je tente de trouver un équilibre dans ma vie mais ça me chicote beaucoup.

On dit souvent qu’on manque de temps pour prendre soin de soi, qu’on peine à trouver un horaire convenable, à trouver des moments pour soi mais si on calcule le nombre de minutes qu’on dépense inutilement à naviguer sur le Net sans but précis, on comprend où on perd du temps précieux.

Depuis que j’ai rencontré ma nouvelle entraîneuse, je dois rééquilibrer mon horaire de vie et insérer dans ma routine ces nouveaux moments de sport. C’est important de garder une stabilité dans le temps que j’ai pour cuisiner, pour prendre soin de mon vieux matou et pour relaxer en lisant ou en écoutant de la musique. C’est donc dans les périodes où je flâne sur le web que je dois couper.

Prendre soin de mon corps est un des plus beaux cadeaux que je peux m’offrir à court, moyen et long terme et je sais que j’en tirerai une tonne de bénéfices. C’est comme un engrenage qui n’a pas servi depuis longtemps. Au début, ça grince un peu et ce n’est pas fluide. Mais à force de s’en servir, ça finit par devenir plus intuitif, plus solide et plus naturel. Je sais tout ça et je crois qu’il fallait que je prenne le temps de me reconnecter avec mon corps avant de faire le pas vers un entraînement plus sérieux. Après des années de thérapie et 4 ans de yoga, je vis moins dans ma tête et plus dans mon corps. Il est donc temps de mieux le sentir et de le dorloter, le raffermir et le tonifier pour que mon esprit s’y sente bien.

Le corps c’est comme la maison de notre esprit, de notre âme. Et quand je regarde toutes les améliorations que j’ai faites sur ma maison, je me dis que je devrais donner autant d’amour à mon corps qu’à ma maison pour que ma tête s’y sente à l’aise, en confiance et légère. On entendait souvent l’expression « un esprit sain dans un corps sain » avant, non?

 

Photo : Unsplash | Matthew Wiebe

Related Posts

lee Scott Être seule et heureuse… 15 décembre 2015
Sebastián León Prado Prendre son envol 20 février 2019

Leave a Reply