On récolte ce que l’on sème

Croyez-vous à cette phrase qui dit que le mal retourne toujours à celui qui le fait? Ou, en version québécoise : si tu craches en l’air, ça te retombe dessus? Il y a des lustres que ce principe de vie existe, utilisé par toutes les religions, les sectes et autres regroupements… Mais à la base, il y a un fondement universel derrière cela : celui de ne pas faire aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse.

Et au-delà de l’aspect personnel, même en affaires c’est une prémisse de base. Si tu donnes un mauvais service, il y a peu de chance pour que ton client revienne. Si tu es désagréable avec tes collègues, ils risquent de ne pas vouloir t’aider quand tu en auras besoin. Tout comme un patron tortionnaire obtiendra peu de son équipe quand les coups durs viendront.

On peut aussi illustrer ce concept par : on récolte ce que l’on sème. Si on sème de l’amour et du respect, on récolte la même chose des gens qui nous entourent? Ça dépend… Car le schtroumf grognon restera bien souvent grognon… On ne doit pas se surprendre si, malgré nos efforts et notre empathie, une personne préfère rester dans sa spirale négative. Comme ma psy dirait : ça lui appartient. Et ça parle souvent plus d’elle que de nous. Il faut se détacher de l’attitude des autres, nous n’en sommes pas responsables, malgré tout ce qu’on peut tenter. Le seul bonheur sur lequel nous avons du pouvoir est le nôtre, tenons-nous le pour dit!

On rencontre parfois des gens toujours triste, défaitiste ou carrément malsain et des fois on s’acharne à vouloir les changer. Un petit syndrome du sauveur? Ça se peut, mais heureusement avec le temps on finit par reconnaître ce mécanisme et à le travailler, pour concentrer nos énergies sur les personnes qui en valent la peine, qui nous donne autant qu’ils reçoivent. Et je parle ici de donner de l’amour, du temps, de l’énergie… pas de l’argent. Car ça aussi, on le sait. L’argent n’achète pas le bonheur. Ni le plaisir et encore moins le bien-être.

Mais tout ça pour dire que je crois sincèrement que quelqu’un qui agit mal se verra punit en quelque sorte. J’ai connu des gens profondément malheureux qui traitaient les autres avec mépris, qui semaient le manque de respect, les phrases assassines et les critiques faciles autour d’eux. Je les ai soutenus, excusés même, mais au bout d’un certain temps j’ai réalisé que c’était de véritables siphons à énergie. Je m’épuisais à tenter de compenser, à essayer de trouver le bon angle pour les aborder, pour finalement me rendre compte qu’ils étaient ainsi que rien en moi ne pouvait changer les choses. C’était eux, pas moi. Tout simplement.

Mais ça m’a pris des années à comprendre cela et plusieurs sessions de thérapie pour finalement avouer que je me laissais atteindre par ces manipulateurs vicieux, probablement par besoin de reconnaissance ou le désir d’être aimé d’une certaine façon. Ce n’est pas facile d’admettre cela et ça m’a pris beaucoup de temps et d’effort avant de comprendre.

Je vous confie cela ce matin car je sais que je ne suis pas la seule et peut-être qu’en ce moment même, une personne de votre entourage, ou vous-même, vivez ce genre de situation difficile. Tout ce que je peux vous dire est ceci : vous êtes qui vous êtes et c’est parfait ainsi. Ne changez pas pour tenter de plaire ou de correspondre aux exigences de quelqu’un. Chacun est maître de son bonheur et mérite le respect. Si quiconque vous fait sentir que vous ne méritez pas son respect, ça parle plus de lui que de vous. Sauvez-vous! C’est lui que ne vous mérite pas.

Choisissez la lumière au lieu de l’ombre. Vous verrez, on y trouve plus facilement notre chemin…

 

Photo : Unsplash | Kristine Weilert

Related Posts

Scott Webb Dehors novembre 5 novembre 2018
Madi Robson S’enrichir l’âme… 17 janvier 2017

Leave a Reply