Dire je t’aime, un livre à la fois

Alisa Anton

Hier, je vous ai fait part de mon petit souci de santé qui exigeait de moi une pause de course. Après une visite chez mon ostéopathe, je dois admettre l’évidence : je ne suis pas certaine que la course soit un sport fait pour moi. Ce n’est pas encore le verdict officiel mais comme mon syndrome fémoro-patellaire a décidé de venir se pointer le nez dans mon programme d’entraînement, je crains le pire.

Mais comme je suis une personne positive qui tente de voir dans chaque épreuve un apprentissage et/ou une leçon, je me dis que c’est pour le mieux. Peut-être que cela me permettra de découvrir de nouvelles activités complémentaires pour épargner mon genou ou de nouvelles techniques pour renforcer mes structures et ainsi m’adapter à cette réalité.

Quoi qu’il en soit, je me dis que c’est une opportunité pour varier les activités et avec l’automne qui s’amène, j’ai envie d’ajouter une dose de créativité dans mon quotidien. Je vous ai parlé l’hiver dernier du livre Comme par magie de l’auteure Elizabeth Gilbert et je me suis remise à cette lecture avec beaucoup d’intérêt. Je ne sais pas pour vous mais moi, il m’arrive souvent de commencer un livre et de savoir que ce n’est pas le bon moment pour l’aborder. J’ai plusieurs bouquins entamés dans ma bibliothèque qui n’attendent que mon retour. Je crois sincèrement que certains ouvrages demandent un certain état d’esprit pour accueillir les propos de l’auteur.

C’est donc remplie d’enthousiasme que je j’ai recommencé à lire ce livre et tout à coup, j’ai eu l’impression que c’était le parfait moment pour le faire. Comme si le livre avait été écrit uniquement pour moi. Mme Gilbert y parle de créativité avec un angle très poétique et mystique qui exige une certaine ouverture d’esprit. Les plus pragmatiques se sentiront peut-être perdus devant cette approche presque spirituelle mais j’ai pour mon dire qu’on a besoin d’un peu de magie dans notre monde sombre et alarmiste.

Avant, quand je lisais ce type de bouquin, je me lançais dans des projets grandioses, avec des idées plein la tête et malheureusement bien souvent, quelques semaines plus tard, l’étincelle était éteinte et j’abandonnais le tout pour trouver une nouvelle saveur. Cette fois-ci, je savoure chaque page du livre, je prends le temps de sentir ce que ça évoque en moi, ce qui résonne et je contemple la beauté des souvenirs évoqués.

La lecture, c’est aussi ça. Ça permet de rêver, de reculer dans le temps, de se projeter, d’éclairer son esprit et d’y amener des émotions positives. Un peu comme la musique peut le faire. Il s’agit d’ailleurs de deux compagnons de vie essentiels à mes yeux. Particulièrement quand l’automne prend ses aises et nous offre de petits matins frisquets.

Bientôt, les listes de cadeaux de Noël s’échangeront et les gens se rueront dans les magasins pour accomplir cette besogne le plus sereinement possible (yeah right). Je vous invite à inclure au moins quelques livres dans vos cadeaux pour inciter vos amis et parents à profiter du talent des créateurs d’ici et d’ailleurs. Le Salon du livre se tiendra d’ailleurs à Montréal du 16 au 21 novembre. Quelle belle occasion de joindre l’utile à l’agréable!

À mes yeux, offrir un livre, c’est comme dire je t’aime à quelqu’un.

 

Photo : Unsplash | Alisa Anton

Related Posts

Priscilla Du Preez Se préparer à lâcher-prise 11 septembre 2018
Emma Simpson Croire en soi 9 janvier 2017

Leave a Reply