Avoir le cœur à la bonne place

Paz Arando

Vous avez tous surement déjà entendu l’expression catholique « gagner son ciel ». Bien que je ne sois pas vraiment pratiquante, il a des valeurs et des fondements dans l’éducation religieuse que j’ai reçue à l’école dans mon enfance que je respecte et prône. En les adaptant à mes propres croyances et convictions, je réalise qu’au fond, les principes sont assez similaires.

« Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse. » On s’entend que, peu importe ta religion ou ta ligne de pensée, c’est assez universel comme concept. Tu ne veux pas qu’on te trahisse, qu’on te mente, qu’on te manque de respect ou te dénigre? Ben fais le pas aux autres et ça devrait ben aller… Même s’il est plus facile de mentir que de dire la vérité pour certains, il reste que quand tu te regardes dans le miroir le soir, si tu sais que tu as été honnête, envers les autres et envers toi-même, j’ai comme l’impression que tu passeras une meilleure nuit.

« Fais face à tes problèmes sinon ils reviendront te hanter. » On a tous déjà fui parce qu’on n’arrivait pas à accepter une situation, parce qu’on avait trop mal ou trop honte. Et c’est assez naturel comme réflexe. Après tout, les hommes des cavernes ont fui devant des menaces pas mal plus grandes que nos petits soucis de vie. Mais, affronter les tempêtes, assumer ses erreurs, s’excuser, accepter la situation et trouver des solutions, c’est beaucoup plus valorisant et instructif que de passer son temps à s’enfuir. Tôt ou tard, ce qu’on a tenté d’éviter revient toujours nous perturber et bien souvent dans les pires moments. Réglons donc au fur et à mesure pour éviter d’avoir une pile de dossiers non classés qui s’accumulent. Le regret, c’est un bien mauvais coloc…

« Aimez-vous les uns les autres. » Un classique indémodable! Il est pourtant si vrai et si important mais on l’oublie parfois. Aimer, c’est accessible à tous, peu importe la classe sociale, le pays d’origine ou le niveau d’éducation. Aimer, c’est une des premières choses que l’on apprend dans la vie mais malgré cela, on a souvent de la difficulté à le mettre au centre de notre vie. Je parle d’amour global, incluant l’amitié et toutes les relations que vous avez. Aimer au lieu d’envier, aimer au lieu d’endurer, aimer au lieu de détruire. Aimer, ça inclut aussi s’aimer. S’aimer assez pour quitter, s’aimer assez pour se choisir, s’aimer assez pour avancer malgré les difficultés, s’aimer assez pour croire en ses idées folles…

« Pardonnons à ceux qui nous ont offensés. » Ah le pardon! Cette denrée rare en ces jours gris, où la guerre et la misère rongent les peuples de partout dans le monde. Le pardon est pourtant salvateur pour l’âme. On ne parle pas de nier naïvement l’évidence mais plutôt de passer par-dessus  la douleur et de chasser l’amertume qui mine les relations. On peut oublier le passé mais se souvenir de ce qu’il nous a enseigné pour grandir. Chacun tire ses apprentissages dans une situation et j’ai tendance à croire qu’un être pardonné sera plus enclin à pardonner à son tour. Une chaîne de pardon, il me semble que ça ferait du bien à notre monde chaotique en ce moment, non?

« Donne et tu recevras. » Certaines personnes ont compris qu’en donnant de soi, on récolte plus que ce que l’on a donné. Les cartésiens diront que c’est impossible mais les gens qui suivent leur cœur sauront qu’on s’enrichit l’âme en étant généreux. Ce n’est rien de mathématique, c’est réellement une question de valeur. Une personne fondamentalement égoïste ne ressentira pas nécessairement le même plaisir en étant généreux mais j’ai quand même tendance à penser que n’importe quel cœur peut être touché par la bonté humaine.

J’aurais pu continuer ainsi longtemps car disons que la Bible n’a pas été concise en termes de concepts et morales mais je crois que vous avez compris le principe. Pas besoin d’aller à l’Église le dimanche matin pour avoir en soi de belles valeurs empreintes de solidarité et d’amour.

Ce n’est pas la crèche sous le sapin qui fait de nous de bonnes personnes. Ce sont nos gestes au quotidien et l’énergie qu’on déploie à être une personne meilleure qui importent.

Ho Ho Ho!

 

Photo : Unsplash | Paz Arando

Related Posts

Austin Schmid Le bonheur en canne, c’est de la frime! 9 novembre 2015
Christopher Sardegna Être dans la paix 29 septembre 2016

Leave a Reply