Entreprendre sa vie

Bench Accounting

Ces derniers temps, je vois de plus en plus de gens de mon entourage, ainsi que sur les médias sociaux, qui démarrent leur petite entreprise, qui décident de se lancer dans cette aventure de l’entreprenariat. Que ce soit comme conférencier, productrice de produits cosmétiques naturels, éleveur de chèvres ou gestionnaire d’événements, beaucoup font le choix de quitter la « sécurité » de la grande entreprise pour vivre de leur passion, à leur rythme et selon leurs convictions.

Et je dois dire que je trouve cela non seulement courageux mais très louable. Avoir l’audace de croire en son projet et faire le grand saut sans se laisser décourager, cela mérite toute mon admiration. Et je sais que les gens ont tendance à juger sévèrement ceux qui choisissent de quitter leur emploi stable pour l’insécurité de la vie d’entrepreneur. Mais, pour ma part, je trouve cela révélateur de l’état de notre société de savoir que nous avons la structure pour permettre ces réalisations plutôt que d’obliger des gens à demeurer dans une situation qui ne leur convient pas par manque de stabilité économique.

Tous ne vont pas vivre le succès, certains perdront beaucoup mais malgré le dénouement, il y a toujours un immense apprentissage dans un périple de la sorte, qui à mes yeux, vaut plus que de l’argent. On apprend à se connaître comme jamais, confronté à des prises de décisions constantes, à des défis grandioses, à des choix difficiles… Et notre façon de gérer tout cela restera gravée pour toujours en nous.

Je suis une entrepreneure un peu lâche car je ne fais que poursuivre ma route à mon compte comme je le dis souvent. Je n’ai pas changé de cap ou sauté à pieds joints dans un nouveau domaine. Mais je dois tout de même toujours me questionner sur mon mandat, sur le plaisir que j’en retire et sur mon envie de continuer. Car je me suis promis de rester dans le positif et de me respecter, et donc, que si une situation ne me plaisait pas, je devais en sortir rapidement. Tous les clients ne sont pas de grande qualité et la vie est trop courte pour en subir les affres.

J’ai en commun, avec ces créateurs, de vivre de ma réputation et on me demande souvent si mon blogue n’est pas un peu trop personnel par rapport à mon réseau professionnel. J’ai tendance à penser que la transparence dont je fais preuve dans mes propos peut non seulement m’aider mais fait de moi une personne authentique. What you see is what you get comme disent les chinois…

J’aimerais profiter de ma tribune pour féliciter tous les dirigeants d’entreprises, de la plus petite à la plus grande. Je sais que ce n’est pas toujours facile et que vous ne comptez pas vos heures ni l’énergie que vous mettez dans la concrétisation de votre rêve. Mais vous faites de nous une société meilleure, où il fait bon vivre et où chaque produit et chaque service est teinté de la couleur de son créateur.

Au-delà des grandes politiques, des échanges internationaux et des beaux discours, il y a des gens de cœur qui s’acharnent à faire vivre leur entreprise malgré les coups durs et les embûches. Et dieu sait que ce n’est souvent pas le gouvernement qui les aide, ne serait-ce qu’en simplifiant les communications avec les divers départements de son organisation (ma petite pointe critique du matin, ce doit être l’effet du vendredi 13).

Soyons fiers de nos concitoyens qui osent changer le monde à la hauteur de leur propre mission. Tâchons d’acheter plus de produits d’ici, de les rencontrer, de prendre le temps de comprendre leur démarche. Souvent, en discutant avec un producteur, un artisan, vous verrez cette étincelle dans leur regard qui vous fera sentir toute la passion qu’ils appliquent au quotidien. Et qui sait, elle sera peut-être contagieuse et vous donnera possiblement, vous aussi, l’envie de vous lancer. Vous serez alors très heureux d’avoir rencontré ces gens et de pouvoir compter sur eux pour vous conseiller dans votre propre aventure entrepreneuriale. Solidarité, respect et fidélité !

 

Photo : Unsplash | Bench Accounting

Related Posts

Denys Nevozhai Savoir s’écouter 18 avril 2017
kychan Être agent libre 28 juin 2016

Leave a Reply