22 mars : Journée mondiale de l’eau

Jessica Furtney

Chaque matin, une des premières choses que je fais en me levant, c’est de boire un verre d’eau, tout simplement. Un geste banal auquel je ne réfléchis pas, je m’hydrate tout en me réveillant, m’extirpant de mes songes et prenant lentement le pouls de mon corps. Et jamais, dans cette routine matinale, je n’ai réfléchi à cet accès direct à l’eau potable, à partir du robinet de ma cuisine. Jamais je ne me suis imaginée que je pourrais un jour devoir faire un effort pour avoir accès à de l’eau.

Au Québec, l’eau potable est accessible aisément, soit par le réseau municipal de votre ville ou, pour ceux qui habitent plus loin, via un puit artésien. Rares sont les endroits où il est impossible de creuser jusqu’à une source, on s’entend. Mais pourtant, plusieurs communautés autochtones du Canada doivent se questionner chaque fois qu’elles utilisent de l’eau, ne serait-ce que pour le bain.

On vit dans un endroit du monde où une majorité de la population gaspille de grandes quantités d’eau potable alors qu’une minorité peine à obtenir de l’eau pour survivre. Cette dichotomie m’effraie et me fâche sincèrement car on ne parle pas d’une région perdue dans le fin fond de l’Afrique. On parle de ces nations qu’on a bousculées en arrivant sur cette terre promise, qu’on a isolées, dont on a abusé, et maintenant qu’on délaisse dans des conditions inhumaines.

Désolée pour le topo déprimant ce matin mais la triste réalité n’attend pas le bon moment pour monter à la surface. Et il est rare que je partage des pétitions ou mouvements citoyens car ce n’est pas l’objectif de ce canal de communication que j’ai entrepris de créer. Mais par moment, je trouve qu’on doit se serrer les coudes et s’élever pour dénoncer et forcer notre gouvernement à agir. Je vous invite à participer à la campagne de la Fondation David Suzuki pour un meilleur accès à l’eau potable pour ces communautés délaissées : http://action2.davidsuzuki.org/fr/eaupotable

Outre cette signature, nous devons aussi réfléchir à nos gestes du quotidien pour cesser ce gaspillage monumental auquel on ne pense souvent même pas. Je suis un peu intense par moment dans mes tentatives de récupération de l’eau mais je préfère qu’on me juge pour mon zèle que pour mon insouciance. Voici donc quelques trucs que j’ai adoptés il y a plusieurs années :

  • Le fameux truc du brossage de dents : non, l’eau n’a pas besoin de couler pendant que vous vous brossez les dents, pas plus que pendant que vous faites mousser le savon dans vos mains, appliquez le nettoyant sur votre visage ou tout autre produit qui requiert une petite étape en dehors de l’eau. Chaque millilitre d’eau épargnée, c’est un petit geste de plus pour l’environnement.
  • Le rinçage de vaisselle : que ce soit avant de mettre un plat au lave-vaisselle ou pour enlever la mousse, faire tremper ou peu importe, toute cette eau peut servir pour arroser les plantes au lieu d’aller dans les tuyaux. Si vous vous inquiétez de l’effet du savon sur vos plantes, changez de savon. Ce sera aussi bénéfique pour la peau de vos mains…
  • La chasse d’eau : pour les familles nombreuses, ça peut être plus ardu mais si comme moi vous habitez seule, il est inutile de partir la chasse d’eau après chaque numéro 1. Économiser quelques « flush », même si vous avez la toilette la plus performante au monde, c’est un beau geste qui demande peu d’efforts.
  • Chaque fond de verre d’eau devrait être utilisé au lieu d’être jeté : je suis une grande buveuse d’eau et j’ai la manie d’avoir des verres dans différentes pièces de ma maison. Quand j’en trouve un qui traine, je me sers du restant de liquide pour arroser mes plantes (ou je le transvide dans un arrosoir). Je ne peux pas concevoir de jeter de l’eau, même pour 2 gorgées. Que voulez-vous…

Vous verrez qu’en mettant en place ces nouveaux réflexes, il vous deviendra de plus en plus difficile de gaspiller et quand vos proches seront sur le point de jeter de l’eau, vous leur en ferez la remarque. Ensemble, on est capable de partir cette belle chaîne de changement.

Ma nouvelle initiative cette année : le bac de récupération d’eau de pluie! Je vous en donnerai des nouvelles. Et d’ici là, partagez vos résolutions!

 

Photo : Unsplash | Jessica Furtney

Related Posts

Alisa Anton Je t’aime, novembre! 1 novembre 2017
Tim Bish Le temps d’être soi 17 septembre 2018