Quand le courant passe…

Slava Bowman

Hier, j’ai vécu une drôle de situation. Je prenais un thé tranquillement dans un café de Montréal en attente d’un rendez-vous et j’ai ressenti un tremblement derrière moi. J’étais convaincue que c’était quelqu’un qui prenait place sur une chaise près de moi ou qui avait bougé, mais, en me retournant, j’ai réalisé que personne ne s’y trouvait. Ça m’a chicoté mais j’ai vite balayé cela de ma tête…

Puis, en me levant pour partir, une ampoule a éclaté près de moi et un bruit sec s’est fait entendre. J’ai figé comme on dit… Des gens près de moi sont venus et m’ont dit avoir vu une flamme sortir de la prise. La raison de tout cela? La patte de ma chaise écrasait le fil de la lampe et a abimé la gaine, mettant à nu le filage. Alors j’ai réalisé que ce petit tremblement ressenti était en fait un choc électrique…

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé de ressentir des telles sensations de présence ou de mouvements près de vous sans que quiconque ne soit dans les parages? Ça m’est arrivé à quelques reprises et chaque fois j’en demeure perplexe et déroutée. Je ne me lancerai pas dans une tirade concernant les signes de l’au-delà ou la communication avec les gens disparus, tout simplement car c’est très personnel et intime, mais hier, mon premier réflexe a été porté vers ce genre de phénomène plus qu’un circuit électrique défectueux.

Je vous rassure d’emblée, je n’ai aucun symptôme et je ne crois pas que j’aurai des séquelles de cet épisode de vie. Mais cela a tout de même généré un mouvement de solidarité puis-je dire car les gens qui eux, étaient aux premières loges pour voir la séquence des événements, ont été très sympathiques. Ça prend parfois de petites étincelles pour provoquer un échange…

Une dame non loin de moi a fortement réagi à la situation et j’ai pu voir dans ses yeux toute la détresse qu’un événement passé a pu laisser dans son esprit. En prenant quelques minutes pour parler avec elle, elle m’a raconté avoir perdu tous ses avoirs dans sa résidence rasée par les flammes, à cause d’un problème électrique. Et ce simple petit « pouf » lui a rappelé toute cette situation et fait remonter une foule d’émotions vives.

Je l’ai rassuré en lui disant que nous avions tout débranché et que tout était sous contrôle mais j’ai réalisé à quel point certaines histoires peuvent nous marquer à jamais. Pour moi, c’était une simple anecdote, un événement cocasse dont l’issue demeurait positive et à la limite risible. Mais pour elle, c’était le rappel d’un cauchemar encore douloureux.

On ne sait jamais ce que les autres ont vécu, ce qui a marqué leur route, ce qui a teinté leur vie. Ce qui nous parait anodin peut être difficile pour quelqu’un d’autre, associant cet événement à une souffrance passée, alors que nos propres blessures peuvent paraitre incompréhensibles aux yeux de certains.

On ne doit pas juger les autres en se basant sur notre histoire personnelle puisque c’est la nôtre, et pas la leur. Chaque parcours est différent, chaque vie contient ses zones d’ombre et de lumière. On ne pourra jamais se mettre à 100% dans les souliers de l’autre mais on se doit de faire preuve de compassion et d’humanité.

Nos paroles et nos gestes peuvent faire une différence, dans le bon comme dans le mauvais sens. On peut construire mais aussi détruire, aider ou nuire. Et parfois, malgré nos bonnes intentions, nos gestes ou nos mots ne seront pas perçus comme on le croyait. Car on en sait pas comment ça résonne chez l’autre.

Mais agir avec bienveillance et altruisme, c’est s’offrir la chance de toucher un cœur, une âme. Et ça peut nous permettre de faire de belles rencontres, d’avoir de beaux échanges, d’avoir un impact positif. Et au pire, ça ne mène nulle part. Mais ça peut aussi faire de belles anecdotes à raconter ?

 

Photo : Unsplash | Slava Bowman

Related Posts

Tyler Nix Le langage du coeur 4 avril 2018
Milan Popovic Se donner le droit de se tromper 14 avril 2020