Électron libre

Toa Heftiba

Récemment, quelqu’un m’a dit que j’étais une sorte d’électron libre, sans attaches et sans contraintes et sur le coup, ça m’a fait rire. Puis après, je me suis demandée ce que cette personne avait voulu dire précisément. Alors je lui ai demandé ce que cette expression signifiait pour elle.

En gros, voici sa perception : un électron libre, c’est quelqu’un qui est à l’aise en marge de certains standards de la société (dans mon cas, l’emploi permanent principalement), qui vit bien et qui n’attend pas après les autres pour avancer ou faire de nouvelles expériences. Quelqu’un pour qui la priorité est en quelque sorte la liberté d’action, autant dans la vie professionnelle que personnelle, incluant la spiritualité, l’alimentation, bref, toutes les sphères de la vie.

Ça m’a trotté dans la tête un bon moment car j’ai toujours eu de la difficulté avec les étiquettes et à m’identifier à une quelconque idéologie. Puis, en prenant conscience de ce fait, je me suis dit que c’est surement ça être un électron libre. Ne pas s’imposer un modèle ou un style, se donner le droit d’en aimer plusieurs et de changer d’idée, et plus que tout, être curieux et ouvert d’esprit.

Donc, avec du recul, c’est bien la première fois que je suis à l’aise dans une « catégorie »! Bon, entre vous et moi, ça pourrait changer mais pour le moment ça me convient. Et surtout, c’est par choix, entièrement assumé et complètement senti. J’ai décidé il y a longtemps que je ne voulais plus m’imaginer dans le même bureau pendant des années, que je ne voulais plus cette attache professionnelle qui minait mon moral et faisait ralentir mes neurones, que j’avais besoin de ces défis constants d’adaptation et d’imagination pour stimuler mon cerveau. Et, la cerise sur le sunday : j’aime rencontrer de nouvelles personnes, accueillir de nouvelles idées, découvrir de nouveaux concepts, de nouvelles visions et participer à de nouveaux projets.

Du point de vue personnel, je suis très fidèle à mes ami(e)s, toujours disponible et accueillante, j’aime leur brasser la cage quand c’est le temps mais c’est toujours fait avec amour et respect. J’habite seule pour mon plus grand bonheur, appréciant chaque jour cette autonomie et savourant cette liberté assumée et acquise minutieusement. Pour certains, ce statut peut paraître effrayant mais pour moi, c’est ce qui me convient. Et je crois franchement qu’on doit accepter le style de vie de chacun et ne pas juger les autres.

J’ai longtemps été plus renfermée, moins à l’aise avec moi-même mais aujourd’hui, si vous me croisez sur la rue, il se peut que j’aie un sourire au visage, sans raison particulière. J’aime la vie, j’aime ma vie et elle me le rend bien. Alors pourquoi voudrais-je changer tout cela?

J’ai décidé un jour de faire confiance à la vie car malgré plusieurs épreuves, elle m’a toujours guidée, ramenée sur le droit chemin et fournie les questions et les réponses nécessaires à mon cheminement. Je ne m’entête plus (ou pas trop), j’avance parfois dans le brouillard mais au fond de moi je sais que c’est la bonne direction. Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais vous répondre mais on dirait que mon GPS interne retrouve toujours le nord.

Je vous souhaite sincèrement de trouver vous aussi votre voie, votre route, votre style et de l’assumer pour vivre pleinement et ce, dans la joie. La vie est courte mais elle est terriblement belle et elle mérite qu’on la vive avec sincérité et intégrité, pour qu’elle dure aussi longtemps que possible. Alors que vous soyez électron libre ou pas, peu importe. Ce qui compte, c’est de s’accepter comme on est.

 

Photo : Unsplash | Toa Heftiba

Related Posts

Nick Tiemeyer Au-delà des barrières 2 août 2017
Yerlin Matu À quatre pattes 8 août 2018