Avancer vers soi

Justin Luebke

Qu’est-ce qui vous motive dans la vie? Qu’est-ce qui fait que vous êtes capable de vous dépasser, de pousser vos limites, d’endurer certains désagréments en gardant le cap sur l’objectif? Avez-vous un mantra, une image mentale ou une chanson qui vous stimule et vous permet d’aller au-delà des frontières mentales forgées par vos peurs?

Je me questionne beaucoup sur cet aspect ces temps-ci car je me remémore va vie d’avant la course à pied. J’ai passé une dizaine d’années à ne faire franchement pas grand-chose de ma vie à part travailler et vivre mon quotidien. Je n’avais pas vraiment de destination, métaphoriquement parlant, et j’avançais à tâtons sans vraiment me demander où j’allais ou ce qui me propulsait.

Depuis que je cours, je ressens un immense changement dans ma vie. D’abord, je me blesse moins souvent, j’ai un meilleur cardio et je sens mon corps plus tonifié, mais l’effet principal est réellement dans ma tête. J’ai une énergie folle, déjà que j’en avais avant, et je me sens apte à déplacer des montagnes. Je ne deviendrai jamais une athlète de haut niveau et ça m’est égal puisque dans mon cœur, je me sens forte et capable de tout. Et c’est là l’importance de trouver son élément déclencheur à soi. Ce n’est pas parce que le voisin est devenu un as du surf que c’est votre cas…

J’ai aussi longtemps ressenti un complexe dû au fait que je n’avais pas de diplôme universitaire, même si dans mon parcours professionnel il m’est arrivée une seule fois qu’on me demande une copie de mon dernier diplôme pour une histoire d’échelon salarial. Mais il me semblait que j’avais raté quelque chose, que ça faisait de moi une personne moins bonne car je ne possédais pas ce foutu diplôme. Et bien cette année j’ai entamé un programme court à l’université et j’ai réalisé que finalement, je voyais ça beaucoup plus hot que ce ne l’était en réalité. Je ne veux pas dénigrer les efforts des étudiants mais disons que je pense que je voyais ça comme le saint Graal alors que finalement c’est une des façons de se former et d’accéder au marché du travail. J’ai réalisé que mon parcours valait autant qu’un diplôme et que je pouvais cesser de me remettre en question pour cela…

J’ai aussi essayé un nouveau mode d’entraînement dans les séances en forte puissance du concept Orange Theory et j’avoue que je suis sortie de ma zone de confort. Moi qui est plutôt du type « contemplative », je n’ai pas vu le temps passer et j’ai poussé mon corps à son maximum, sans avoir une minute pour me demander ce que je faisais là. Jamais je n’aurais cru tenter ce type d’entraînement mais je ne regrette tellement pas mon choix que je me suis abonnée pour 6 mois…

Tout cela pour vous dire qu’il faut oser pour trouver ce qui nous anime, ce qui nous convient, ce qui nous permet de se sentir fière et heureuse de nous. On peut passer des soirées devant la télé à se traiter de grosse patate mais le meilleur arrive quand on saute à pieds joints dans une nouvelle expérience et qu’on laisse notre égo et nos peurs de côté. Cesser de se poser des questions et plonger, tout simplement.

Je ne sais pas plus où je serai dans 5 ans et ça m’est complètement égal car je sais que je serai plus en forme que je ne l’ai jamais été et ça, c’est réellement important. On a un seul corps pour la vie, alors si on n’en prend pas soin, notre vie, elle peut être pénible et douloureuse.

Alors au lieu de planifier ma retraite, je planifie ma santé, je mise sur mon bien-être et mon équilibre. Et je me dis que la vie mettra bien sur ma route ce qu’il faut pour que je trouve mon chemin. Et sinon, il y a toujours de petits sentiers inexplorés qui m’appelleront et me feront découvrir de bien belles choses!

 

Photo : Unsplash | Justin Luebke

Related Posts

Christopher Sardegna Être dans la paix 29 septembre 2016
Nathan McBride Oser avancer 5 décembre 2018