Être bien, pour soi

Cynthia Magana

Ces temps-ci, je suis constamment étonnée de voir à quel point les gens peuvent rester longtemps dans des situations qui les rendent malheureux. Et je sais que c’est parfois difficile de bouger, qu’on manque souvent d’énergie quand les événements nous en grugent la majorité, qu’on a peur du changement, qu’on préfère notre confort… Mais on oublie aussi qu’on a juste une vie et que de rester dans l’embarras, ça nous fait gaspiller du temps précieux à ne pas être heureux.

Trouver ce qui nous convient, être réellement bien dans sa vie, ça demande de se connaître et de réviser continuellement ses positions. Ce qu’on pensait l’année dernière n’est peut-être plus valide, ce qui nous convenait il y a quelques temps ne correspond possiblement plus à ce qu’on est devenu. Et il n’y a aucun mal à revoir nos priorités et préférences. Comme on dit : il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée.

Ça demande par contre une certaine dose de volonté et on n’a pas toujours le goût de vivre des bouleversements. Sauf que si on ne décide pas de le faire, des fois, la vie s’en chargera pour nous. Si on ne prend pas en main notre destinée, des fois, ce sont les autres qui le font à notre place et là, on peut être encore plus malheureux.

Quand on trouve son point d’équilibre, quand on détermine ce qui nous tient vraiment à cœur, nos valeurs profondes et ce qui nous nourrit, les décisions deviennent moins difficiles à prendre, comme si une ligne directrice permettait de trancher plus facilement. Si, pour vous, le respect est au cœur de votre vie, toute situation ou personne qui déroge de ça se verra écartée rapidement, sans grand questionnement.

Mais comme la vie va très vite et qu’on prend de moins en moins le temps de s’arrêter pour définir ses moteurs idéologiques, on se repose les mêmes questions, constamment. Je compare souvent cela à la mission et au positionnement d’une entreprise. Quand ceux-ci sont clairement définis, l’entreprise peut définir ses objectifs, son plan quinquennal et tout enlignement en fonction de ces bases. Quand ce n’est pas clair, les gestionnaires n’ont pas de direction claire et souvent, le chaos se vit au quotidien.

C’est la même chose dans nos vies personnelles. Nous sommes un peu comme une mini entreprise, avec divers départements et stratégies. Notre vision doit être précise et assumée pour que l’on puisse diriger nos actions et nos pensées de manière sentie et sans ambiguïté. C’est un exercice qui peut être ardu au début mais une fois qu’on l’a fait et qu’on a trouvé cette vision, tout devient plus claire.

Nos choix sont guidés par ce que nous sommes, rien ne nous est imposé réellement. Que ce soit en lien avec votre carrière, votre vie amoureuse, votre santé ou votre famille, tout s’aligne selon ce que vous êtes. Je ne crois pas que votre entourage soit composé de gens qui vous tapent sur les nerfs, que votre carrière vous déplait et que votre conjoint est votre pire ennemi. Ou si c’est le cas, j’ose croire que vous avez un plan pour changer les choses.

Mais pourquoi tolère-t-on des situations qui ne nous conviennent pas ? Par peur de froisser des gens ? Par peur des répercussions ? Qu’a-t-on réellement à perdre concrètement ? C’est souvent LA question à se poser qui nous fait prendre conscience qu’au fond, c’est moindre que ce qu’on subit en ce moment. Il suffit simplement de prendre le temps de s’arrêter et de se questionner, honnêtement.

 

Photo : Unsplash | Cynthia Magana

Related Posts

Kawin Harasai Le bonheur ne s’achète pas 14 mars 2017
Daniel Schaffer Comment vas-tu? 23 mai 2019