S’offrir le meilleur

Taylor Kiser

Ce matin, triste constat en lisant un article relatant les grands enjeux de l’alimentation pour 2018 : les repas déjà préparés gagnent en popularité chez les Canadiens, selon des experts. Pour moi, ça sonne comme un recul. Car, malgré que certaines entreprises produisent des repas sains et les conçoivent avec en tête un souci précieux pour la santé des consommateurs, c’est loin d’être la majorité. En effet, c’est prouvé, les plats préparés vendus dans les commerces d’alimentation contiennent souvent trop de gras et de sel et ne représentent pas un choix sain.

Mais pourquoi alors les gens se tournent-ils vers ces solutions de rechange demanderez-vous? Par manque de temps selon le Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation 2018. Et c’est là où je me questionne sérieusement. Oui, c’est vrai qu’on perd plus de temps dans le trafic qu’avant et qu’on aime bien se permettre des sorties et des activités pour se changer les idées. Tout cela gruge notre disponibilité à préparer des repas mais je crois surtout qu’on n’accorde plus la même priorité à la cuisine dans nos vies.

En 2016, les canadiens passaient en moyenne 1 h 26 par jour sur les réseaux sociaux… Et ça s’est empiré, assurément. Réalisez-vous tout ce que vous pourriez concocter comme délicieux plats en consacrant ce temps à la cuisine au lieu de regarder des recettes alléchantes sur Facebook? Je sais, c’est peut-être cru comme message et gratuit comme constat mais j’ai la nette impression que si on passait plus de temps dans le concret, à se soucier de sa santé, et moins à regarder des futilités sur notre téléphone, on s’en porterait mieux.

Si vous doutez de votre utilisation des réseaux sociaux, il existe une panoplie d’applications qui vous traquent en temps réel et vous génèreront un rapport détaillé de l’utilisation de votre appareil. Je l’ai fait pendant quelques semaines avec l’application Moment sur mon iPhone et c’est très troublant. Mais ça m’a surtout fait comprendre que je devais m’auto-éduquer, changer mes habitudes. Le fameux truc de mettre 1$ dans un pot à chaque fois qu’on utilise notre téléphone sans raison fonctionne bien mais peu importe la méthode, c’est surtout la prise de conscience qui importe.

La prochaine fois que vous direz à quelqu’un que vous n’avez pas eu le temps de cuisiner, prenez le temps de vous questionner sur la place que vous accordez à l’alimentation et à votre santé. Se préparer des repas sains, ça n’exige pas toujours de sortir 3 chaudrons, 2 poêles et ça ne demande pas 3 h par jour. En 30 minutes, top chrono, vous pouvez mitonner un merveilleux repas, sain et équilibré. Et si vous mettez à contribution votre marmaille, ça peut même devenir une activité familiale très agréable.

Ce rapport sur nos habitudes de consommation alimentaire met aussi en lumière le fait que ça coûte cher, ces repas préparés. Alors si le budget est un enjeu pour vous, je vous confirme que vous devrez faire des efforts pour revoir vos achats, sinon vous risquez de trouver la facture sérieusement salée.

Bien sûr, il n’y a rien de mal à s’offrir un bon restaurant de temps en temps mais encore là, vous pouvez choisir d’y aller moins souvent et d’opter pour la qualité, pour des aliments locaux, préparés avec attention pour que le sel et le gras ne deviennent pas les seuls éléments savoureux de l’assiette.

Il faut être attentif et convaincu pour changer ses habitudes car vous aurez surement remarqué que les commerces d’alimentation usent de stratégies judicieuses pour vous allécher avec le poulet rôti, la pizza et autres repas cuisinés sur place que vous pouvez humer dès le stationnement. Mais, entre vous et moi, un bon repas préparé par vous, avec amour et attention, ça ne sera jamais déclassé par un plat conçu derrière un comptoir d’épicerie… Il faut seulement savoir ouvrir ses yeux et son cœur, pour s’offrir à soi et à ses proches, le meilleur.

 

Photo : Unsplash | Taylor Kiser

Related Posts

rawpixel Aller là où on veut être 17 août 2018
Steve Halama Partir à la découverte de soi 12 juin 2018