Des pas si bonnes surprises de la vie

Kelly Sikkema

Fin de semaine étrange qui vient de se terminer : infiltration d’eau par le toit due à la couche de glace épaisse qui fond avec le redoux, adoption d’un chat gentil mais qui a déclenché une allergie sévère chez-moi… On peut parler de mauvaises surprises même si, on va se le dire, il n’y a pas mort d’homme. J’ai beau avoir une respiration sifflante comme un vieux fumeur d’Export verte et avoir dû mettre des plats de pastique un peu partout dans ma demeure, il reste que ça aurait pu être pire.

Certains me diront que je suis trop positive mais j’ai consciemment choisi dans la vie de voir le verre à moitié plein. Je n’aime pas m’apitoyer sur mon sort et encore moins ruminer le négatif pendant des heures, voire des jours. À quoi ça me servirait, de toute façon, hein? Ça ne changerait pas l’état de ma salle-de-bain ni de ma santé. Du matériel, ça se répare, et pour ce qui est de Monsieur X (je n’ai pas encore réussi à me décider sur le prénom du félin concerné), il trouvera assurément une famille qui pourra le câliner à souhait.

Bien entendu, je suis très déçue car j’avais envie de retrouver le plaisir d’avoir une petite bête à fourrure dans mon lit le matin, qui vient me réveiller pour avoir de l’attention. Certains détestent ces réveils, moi, je les adore. C’est qu’elles sont tendres et remplies d’amour, ces petites bêtes-là! Mais actuellement, l’approche du matou me fait éternuer, gratter et respirer péniblement. On est loin de l’effet désiré, malheureusement.

Mais je me dis que ce n’est que partie remise, que je devrai seulement faire des tests avec diverses races réputées moins allergènes et que je trouverai bien chaussure à mon pied. Je sais qu’au moins, ce gentil minois séduira une autre personne et qu’il fera des heureux. L’avantage des refuges, c’est que l’euthanasie n’est pas une option donc malgré cet échec, il s’en sortira indemne.

Il faut savoir s’écouter dans la vie et savoir quand quelque chose ne va pas. Je me connais et je sais que cette réaction n’est pas temporaire ni éphémère. Je ne peux pas me mettre la tête dans le sable et me dire que ça va passer… Je connais les signes d’une situation problématique malgré mon amour pour les chats. Tout comme j’ai compris, hier matin, en voyant mon cadre de fenêtre de salle-de-bain se prendre pour une douche qu’il me fallait agir et trouver de l’aide rapidement.

La vie, c’est fait de moments moins agréables aussi, ce n’est pas toujours beau et rose. Il faut parfois prendre des décisions plus pénibles, mais c’est pour le mieux. Et c’est souvent dans ces situations qu’on réalise qu’on évolue, qu’on avance, qu’on apprend à se connaître de mieux en mieux. J’ai beau vouloir quelque chose, si c’est pour me rendre malade, ça ne sert à rien de m’acharner. J’en paierai le prix et ce, beaucoup trop cher.

Agir avec bienveillance envers soi-même, c’est aussi renier certains intérêts, du moins momentanément. J’ai beau être assez entêtée dans la vie, je sais quand je dois cesser de me battre et penser à ma santé d’abord. C’est comme en avion, quand on nous dit de se sauver soi-même avant de penser sauver une autre personne.

C’est donc dans un drôle d’état et un peu déçue que je débute cette semaine qui s’annonce mouvementée. Heureusement, les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. J’espère que les jours qui viennent seront plus calmes et moins perturbants. Mais, comme on dit, ça en prend des moins bons pour apprécier ceux qui sont joyeux! Alors je vous souhaite une belle semaine, empreinte de douceur et de sérénité. J’en suis convaincue, les jours à venir seront mieux dans mon cas!

 

Photo : Unsplash | Kelly Sikkema

Related Posts

Elise St. Clair Au revoir, grande dame! 28 mars 2017
Annie Spratt Les miracles de la médecine moderne… 20 janvier 2016