Basta, les standards!

Serge Kutuzov

On nous dit quoi manger, quoi ne pas manger, quoi faire, quoi ne pas faire, quoi dire, quoi ne pas dire… On nous dit d’être gentil, d’être poli, de ne pas faire trop de bruit, de respecter les autres, de se respecter soi-même, de traiter les autres comme on voudrait être traité, de faire du sport, de se reposer, de trouver un travail inspirant, de trouver sa voie, d’explorer, de ne pas stagner, de prendre de l’expérience, de ne pas trop dépenser, d’épargner, de se gâter…

Je ne sais pas pour vous, mais moi, des fois, j’ai juste le goût de dire : STOP! On se fait bombarder de consignes et de conseils mais on sait tous très bien qu’il n’y a pas qu’une seule formule, un seul moule, que ce qui convient à minou ne convient pas à pitou. Alors pourquoi on continue d’essayer d’être et de faire comme tout le monde? Pourquoi on écoute les recommandations de n’importe qui?

Hier, suite à mon billet concernant l’intensité, j’ai reçu plusieurs réactions, en commentaires sur ma publication Facebook mais aussi en privé. Et, ce qui est ressorti de cette rétroaction, me semble-t-il, c’est qu’on se sent encore coupable d’être qui on est, d’être intense ou timide, d’être loud ou trop réservé, de prendre de la place ou pas assez. J’ai l’impression qu’on est tellement dans une ère de comparaison que même quand on veut être authentique, on ne peut pas faire autrement que de regarder les autres aller et de se demander si on ne dérange pas un peu trop.

À vous lire par moment, j’entends un gros OUF, comme si vous me disiez : merci de me dire que je ne suis pas la seule. Ce n’est pas la première fois et, je crois, pas la dernière non plus. Mais peu importe le sujet, je ne cesserai jamais de le répéter : on est qui on est et c’est parfait ainsi. Il n’y a pas de standards dans l’être humain, malgré ce que l’industrie de la mode tente de nous imposer depuis si longtemps. Il n’y a pas une seule manière de penser qui soit meilleure que les autres.

Bien entendu, le respect de soi et d’autrui devrait être au cœur de nos comportements mais la définition même de cette valeur diverge d’une personne à l’autre. J’ai pour mon dire que faire de notre mieux est déjà une excellente base dans la vie. Et, quand on cesse de se mettre une pression folle pour se conformer, notre esprit devient plus léger et on donne le meilleur de soi.

On n’est pas parfait et on ne veut surtout pas le devenir. (Anyway, c’est quoi être parfait, hein?) Si tout le monde était pareil, similaire, des copies conformes, ce serait terriblement ennuyant! C’est la couleur de chacun qui nous stimule, qui nous fait rire, qui égaie notre quotidien. Le talent brut des artistes anime nos vies et pourtant, ce sont souvent les plus grands moutons noirs de notre société. Alors pourquoi tenter de vivre sous le radar, de ne pas sortir du lot?

Oui, parfois, on va peut-être vous regarder bizarre, vous juger parce que vous ne sonnez pas comme tout le monde. Et alors? J’ai tendance à penser que, de toute façon, on vous jugera. Le jugement est devenu un réflexe dans notre société alors, comme je le dis souvent, vous ne ferez que décider du sujet de commérage à votre sujet. 😉

Finalement, ce que je veux vous dire ce matin, c’est : soyez vous-mêmes et basta le reste! La vie est trop courte pour vivre la vie des autres, la vie qu’on veut vous imposer. Vivez celle qui vous fait envie, qui vous fait vibrer. Et, oui, c’est un conseil que je vous donne. S’il ne vous dit rien, si vous me trouver trop intense, vous avez le droit de me le dire aussi, vous avez le droit de ne pas m’écouter et de faire à votre tête. Car c’est VOTRE VIE. Faites-en ce que vous voulez… Mais faites-le bien! 🙂

 

Photo : Unsplash | Serge Kutuzov

Related Posts

Geoffroy Baud Les aléas du partage 4 août 2017
rawpixel Aller là où on veut être 17 août 2018