Lève-toi et marche!

Esther Tuttle

Ce matin, c’est avec un sourire amusé que j’ai ouvert une infolettre reçue d’une librairie. On y présentait la couverture d’un livre publié récemment ayant pour titre : Lève-toi et marche! Le remède miracle existe et il est gratuit. Avouez que c’est une formule accrocheuse. Mais c’est tout le sarcasme sous-jacent assez évident qui m’a fait sourire car il s’agit de l’œuvre de Denis Fortier, un physiothérapeute d’expérience. Il y met en lumière les effets pervers et méconnus de la sédentarité et du manque d’activité physique en s’appuyant sur les plus récentes données scientifiques.

Avec une préface du Dr. Vadeboncoeur, ce bouquin semble être un petit cri du cœur de la part du corps médical afin de faire bouger les plus récalcitrants. Je le dis d’emblée, je ne l’ai pas encore lu mais je crois qu’ils ont assez piqué ma curiosité pour que je me procure l’ouvrage et puisse voir si le contenu est aussi intéressant que la couverture.

Je suis une fervente adepte de la course à pied, je crois que ce n’est vraiment pas un secret et par cette pratique, j’ai découvert à quel point je bougeais peu avant. Ce n’était pas dans mes habitudes de faire du sport sur une base régulière même si j’étais relativement en forme. Mais, au-delà ce cette prise de conscience, j’ai surtout constaté à quel point mon esprit était plus clair depuis que je courrais. C’est un évacuateur de stress ultra-efficace et rien ne m’a procuré autant de bien-être que cette activité sportive.

C’est que, quand je cours, oui je peux penser à mes problèmes, je peux tenter de dénouer des bloquants sur mon projet en cours, je peux réfléchir à mes prochains objectifs, je peux même faire, mentalement, ma liste d’épicerie si je veux. Mais je peux, surtout, me concentrer sur ma respiration, sur les sensations de mon corps pendant qu’il s’active, sur mes douleurs, mes inconforts, mais aussi sur toute la puissance dont il fait preuve et sur mes capacités physiques et mentales.

On a peu d’occasion aujourd’hui d’être connecté à soi tant on est branché sur les autres via nos appareils ou en personne. Et, prendre le temps de revenir à la base, ça permet de relativiser et de se ramener à l’essentiel pour retrouver la source de notre énergie et être en mesure de faire face à nos difficultés et préoccupations. Car, ne soyons pas dupes, on en a tous et on doit constamment régler des choses et répondre aux attentes.

Les bienfaits de l’activité physique sont multiples et on n’a pas besoin de devenir des athlètes de pointe pour en bénéficier. Si vous avez l’habitude de passer vos soirées sur votre sofa, le simple fait d’aller prendre une marche de trente minutes chaque jour vous apportera son lot d’avantages. Et graduellement, vous serez en mesure d’ajouter une intensité modérée à votre activité. Activer votre circulation sanguine, ça éloigne les virus, ça renforce votre système immunitaire, ça reconstruit les structures de votre corps pour vous permettre de mieux vous défendre.

Vous en doutez? Je vous comprends, j’étais un peu sceptique moi aussi avant. Mais aujourd’hui, quand je vois les tournées de virus se promener allègrement dans la population et que je me constate immunisée malgré des contacts fréquents avec des gens contagieux, je ne peux faire autrement que d’y croire. Bien sûr, l’alimentation et les saines habitudes de vie doivent suivre la cadence mais c’est un cercle vertueux qui s’enclenche et on peut difficilement faire autrement que d’embarquer quand on ressent tous ces aspects positifs.

Alors, rien ne vous oblige à entrer dans la danse, chacun a droit à ses préférences. Mais vous pouvez au moins soutenir quiconque dans votre entourage décide de se prendre en main. Et si, un jour, on vous invite à aller prendre une marche, de grâce, ne répondez pas que vous êtes trop fatigué… Je ne peux faire autrement que de vous dire : vous êtes probablement fatigué parce que vous ne bougez pas assez. Parole d’une ancienne sédentaire…

 

Photo : Unsplash | Esther Tuttle

Related Posts

Arthur Poulin Les liens qui nous unissent 22 août 2017
Jake Ingle Sentir ce que l’on veut vraiment 27 septembre 2016