Tout est parfait

Hello I'm Nik

On devient fort parce qu’on a été faible et on est heureux parce qu’on a connu des périodes sombres. Souvent, il faut avoir vu l’opposé de ce qu’on veut pour apprécier ce que l’on a. On dit souvent que l’herbe est plus verte chez le voisin mais parfois, quand on connaît le parcours de ce dernier, on réalise qu’on n’aimerait peut-être pas se retrouver dans ses souliers.

Par moment, il arrive qu’on ait l’impression que tout est parfait, que tout va bien et je crois qu’il faut s’arrêter et apprécier cet instant, faire le plein de bonheur et se créer un repère pour les périodes où ce sera moins joyeux. Et pour apprécier cet état, il faut pouvoir comparer, se souvenir de certains passages plus difficiles et se sentir plus léger. Je dis souvent que rien n’arrive pour rien mais c’est aussi vrai pour le bon que le moins bon.

La vie, ça va vite, on avance à grands pas, on travaille fort, on essaie de se bâtir un petit monde dans lequel on est bien mais parfois, une tornade vient perturber nos plans, notre chemin idéal. Mais même dans le tourment, même quand tout semble partir en vrille, il reste nos repères et nos souvenirs, ce qu’on a appris et emmagasiné qui nous rappelle qu’on est fait fort et qu’on va passer au travers.

On ne sait jamais ce que demain sera, rien ne sert d’anticiper et de se faire du mauvais sang inutilement pour quelque chose d’incertain. Bien sûr, on peut souhaiter et espérer que quelque chose se produise mais on ne devrait jamais être déçu de l’issu d’une situation. Car cette conclusion, cette variante de la vie survient pour une bonne raison. Demain, c’est un autre jour alors qu’aujourd’hui c’est maintenant, c’est ce sur quoi on peut agir concrètement.

Ces temps-ci, je me lève le matin en me demandant ce qui ferait que cette journée soit idéale. Et j’arrive bien souvent à identifier au moins un élément qui me rendrait heureuse, qui me comblerait. Parfois, c’est de voir un ami, d’autres fois c’est simplement de prendre le temps de dîner dans mon jardin ou de prendre une marche. Mais j’ai réalisé que, quand on se fixe de petits objectifs quotidiens, on arrive à se contenter et à apprécier chaque jour.

J’ai compris que mes attentes envers la vie n’appartiennent qu’à moi et que j’ai le pouvoir, et je dirais même le devoir, de les adapter à ma réalité. Mes attentes ne sont plus liées à de grands événements ou des accomplissements majeurs. Si je fixe toujours des objectifs inatteignables, je risque d’être déçue et aigrie à la longue. Alors que, si je vise quelque chose de plus réaliste, je m’ouvre à un monde de surprises et de nouvelles possibilités. J’aime me laisser surprendre par la vie alors les grands plans sur 5 ans, très peu pour moi…

Je suis devenue ce que je suis par le parcours que j’ai choisi mais aussi par tous ces petits imprévus qui ont parsemé ma route. Tellement de choses, d’événements, de rencontres et de situations sont venus compléter et bonifier ma vie que je ne peux qu’être reconnaissante de tous ces ajouts. Quand je regarde en arrière, je me dis que le plus beau est souvent venu de trucs complètement inattendus.

J’ai décidé que je m’accordais le droit d’être imparfaite, de ne pas toujours savoir où je m’en allais et d’avoir comme seule certitude que je suis légitime et ouverte d’esprit. La vie se chargera bien de mettre sur ma route ce qui doit y être. Et si c’est pour être difficile, c’est que j’ai quelque chose à apprendre. Toutefois, j’ai choisi d’accueillir plus de douceur et ça commence par l’attitude que j’ai envers moi-même. C’est facile de donner aux autres mais se donner à soi, c’est une autre paire de manches. Alors à partir de maintenant, je tente de me soigner, autant le corps que l’âme, de m’accorder l’attention et la tendresse que je souhaite aux autres. On a une seule vie, autant mettre son énergie sur soi pour pouvoir redonner et partager!

 

Photo : Unsplash | Hello I’m Nik

Related Posts

André Branco La route de la vie 31 août 2016
Chad Madden Le miroir de notre tolérance 24 novembre 2016