Une lenteur appréciée

Les Faiseurs

Hier soir, dans la suite logique de mes expérimentations spontanées, j’ai participé à un atelier de poterie, dans le magnifique espace lumineux et inspirant du nouveau café-atelier Les Faiseurs, situé sur la rue Saint-Laurent. Sous forme d’activité d’initiation semi-privée (nous étions 6 néophytes), cet atelier donné par une céramiste expérimentée se voulait complet en informations et surtout, en temps de pratique. 2 h 30 de pur bonheur, à apprivoiser la matière et le matériel de travail, à ne faire qu’une avec le tour et l’argile.

J’en ai parlé tout récemment, cette année, j’essaie des choses nouvelles. Que ce soit de nouvelles lectures, de nouveaux styles musicaux, de nouvelles activités sportives ou artistiques, j’explore large. Et la poterie faisait partie des essais qui figuraient sur ma liste puisque, travaillant dans le virtuel à longueur de journée, j’ai besoin de plus de concret dans ma vie. Et j’ai été ravie de constater à quel point ça fait un bien fou. À la seconde où j’ai eu une motte d’argile dans les mains, je me suis sentie apaisée et heureuse.

Je le répète souvent, la vie va vite, on passe beaucoup de temps sur notre carrière mais, au bout du compte, ce n’est pas ça qui nous aura laissé la plus belle impression. Ce sont les gens et les connexions que l’on fait, dans toutes les sphères. Apprendre est sans doute l’une des meilleures façons que l’on a pour connecter avec soi-même car ça exige d’ouvrir notre esprit et de se laisser guider, d’absorber de nouvelles informations, de faire de la place dans notre esprit et de laisser vibrer notre être au rythme de cette nouvelle matière.

Le concept du café-atelier Les Faiseurs est tout à fait dans cette lignée : permettre aux gens de se déposer un moment, dans la beauté et le calme, dans un esprit de zénitude et d’accueil total. Quand on sort du métro bondé ou du trafic pressé, ça apporte un coup de frein essentiel. Véritable petit cocon doux, on entre dans ce lieu comme dans la maison d’une gentille dame qui nous accueille avec un thé. Le genre d’endroit qu’on ne veut plus quitter…

J’avais aussi le bonheur de participer à cette activité avec ma meilleure amie : un beau moment en agréable compagnie, que demander de plus? Et on se disait justement qu’il faut se permettre ce genre de plaisir, qu’il faut, parfois, arrêter le temps, mettre de côté les soucis et obligations pour simplement être là. L’avantage de la poterie, c’est que ça exige de prendre son temps, ça demande une lenteur et une concentration impossibles à obtenir avec un hamster mental qui fait rage. Alors on remise le hamster temporairement et on se laisse prendre au jeu.

Est-ce que ceci découlera sur une formation plus approfondie? Aucune idée! J’ai adoré mon expérience, je sais que j’ai un certain talent pour cela mais rien ne m’oblige à poursuivre. J’ai simplement pu entrer en contact avec une nouvelle possibilité, tenté quelque chose de nouveau et de différent. On peut donc dire que mon objectif « découverte » est atteint.

Alors si vous cherchez une source d’inspiration, que vous avez besoin de décrocher ou que votre fibre artistique crie famine, je vous invite à vous joindre à un atelier d’initiation à la poterie, question de nourrir votre âme et vous apaiser tout en vous amusant. Des sessions plus approfondies ont lieu toute l’année si vous avez la piqûre, et je suis convaincue que vous aurez du plaisir.

Ça fait du bien de sortir du cadre, de prendre de nouveaux chemins, de voir du nouveau monde et de nouvelles avenues. Aucune révolution, mais un petit ajout dans nos vies mouvementées et bien remplies. Trop de gens passent leur vie sans réfléchir à ce qu’ils aiment et ce qu’ils sont et se retrouvent à la retraite démunis de cette connaissance à propos d’eux-mêmes. S’il y a bien une chose qu’on devrait développer à travers les années, c’est notre registre d’intérêts personnels… Et ça personne ne peut le faire à notre place!

 

Photo : Les Faiseurs

Related Posts

Rhendi Rukmana Trouvons une vraie solution 26 janvier 2017
joel herzog Mettre un pied devant l’autre… 31 mai 2016