Quand tout va bien…

Olivier Collet

Je le dis d’emblée, j’ai eu une fin de semaine parfaite. Un super événement vendredi soir : bbq hawaïen et cours de SUP sur le Lac Mercier, à Tremblant. Cela suivi d’une journée à descendre la rivière du Diable sur des lits pneumatiques : on peut dire qu’on a profité du beau temps au maximum. Et, question de continuer en beauté, nous avons eu la chance d’assister à la première du film 1991 de Ricardo Trogi, le tout précédé d’un excellent brunch.

J’ai joué dans l’eau comme dans mon enfance, je me suis amusée comme si j’avais 8 ans, j’ai pataugé à en être fripée de partout, j’ai savouré chaque seconde de plaisir. Honnêtement, je ne me souviens plus de la dernière fois qui m’a permis d’autant décrocher. Et dire que j’étais à peine à un peu plus d’une heure de chez-moi… Comme quoi, le bonheur, on n’a pas besoin d’aller le chercher bien loin!

Et j’étais dans mon élément, les Laurentides, avec du monde comme moi. Je n’enlève rien aux gens urbains, on a juste chacun notre style et nos intérêts. Moi, la forêt, la rivière, les lacs, la nature partout autour de soi, ça me rend particulièrement heureuse. Mais c’est aussi les gens que j’y ai vu. Des amis sont venus me rejoindre mais j’ai aussi rencontré de nouvelles personnes, fait la connaissance de laurentiens qui respire le calme et la sérénité. Tsé du monde qui ne connaisse pas ça, être pris dans le trafic tous les matins…

J’ai fait le plein de bonheur, j’ai ri de bon cœur et je me suis reconnectée avec mon milieu. Je n’ai pas besoin de prendre un avion, de parcourir le monde pour ressentir ce sentiment de liberté tant recherché. Et plus je le constate, plus je réalise que j’ai beau avoir quitté ma région pour étudier et travailler dans mon domaine, la région, elle, ne m’a jamais quitté.

Quand on est jeune et qu’on habite en région, on veut aller en ville souvent pour voir autre chose, pour élargir nos horizons. Mais au fond de nous, il reste toujours cette connexion profonde, ce sentiment bien ancré en nous. Je ne me sens jamais aussi bien que quand je suis entourée d’arbres. Quand je ne vais pas bien, le premier lieu qui me vient en tête pour me ressourcer, retrouver mon état de calme, c’est la forêt ou sur un quai, avec une vue sur le lac et les montagnes.

Jamais je ne renierai mes racines et je peux imaginer que quiconque débarque ici, d’un autre pays, d’un autre continent, doit profondément être ébranlé. Je ne pourrais pas m’imaginer être arrachée de mon monde naturel, me séparer de ces éléments nécessaires à mon équilibre. Autant j’apprécie un bon restaurant ou un spectacle grandiose en ville, autant j’ai besoin de me retirer dans le calme par la suite.

Ces beaux moments de pure extase se sont terminés de manière un peu abrupte quand mon véhicule m’a donné des signes de fatigue hier, sur le chemin du retour. Un petit souci de transmission qui me rappelle à quel point je ne connais rien en mécanique. Et qui me fait réaliser que mon fond d’anxiété n’est jamais bien loin… La boule dans le ventre est apparue dès que les premiers symptômes de soucis mécaniques se sont pointés.

Mais j’arrive maintenant à maîtriser la bête et je sais que, peu importe ce qui surviendra dans ma vie, tout est correct. Dans ce temps-là, je me dis qu’au pire, je serai en panne, j’appellerai l’assistance routière et que tout rentrera dans l’ordre. Je n’ai pas eu à le faire mais je sais que nous sommes dans un coin du monde où je ne suis pas en danger. Et juste de savoir cela, je me sens privilégiée. Alors je me remémore mes beaux moments des derniers jours et je me dis que la vie, elle est vraiment belle…

 

Photo : Unsplash | Olivier Collet

Related Posts

Jeffrey Wegrzyn Vivre modestement 24 janvier 2017
Aaron Burden Trouver le bon côté des erreurs… 4 mai 2016