Il n’y a rien comme les vrais liens humains

Annie Spratt

Dernièrement, j’ai fait un petit ménage de mon compte Facebook personnel. Un peu comme le ménage du printemps et de l’automne, deux fois par année, je fais le tour des gens qui constituent ma liste d’amis virtuels et je me questionne si j’ai échangé avec eux dans les derniers mois ou si j’ai appris quelque chose via leur profil. Et quand je considère qu’en fin de compte, nous ne sommes pas de réels amis et que ce n’est qu’un nom dans une liste, je retire cette personne de mon compte.

Je me suis fait passer le commentaire que ça pouvait être blessant pour la personne qui se fait retirer. Mais, pour ma part, je ne considère pas qu’avoir accepté une invitation d’amitié virtuelle constitue un droit acquis. Surtout que souvent, des gens m’ajoutent dans une soirée ou un party sans vraiment se souvenir de moi le lendemain, sans trop réaliser qu’on n’a pas vraiment quelque chose en commun et que, quelques mois plus tard, on n’a eu aucune interaction sous quelque forme que ce soit.

Faites-vous cela vous aussi? Ou gardez-vous à contrecœur des « faux » amis en activant des paramètres pour qu’ils ne voient pas vos publications et vous les leurs? J’ai décidé que mon profil Facebook m’appartenait à 100% et que j’avais le droit d’en faire ce que je voulais. Bien sûr, certaines personnes font partie de mon réseau sans qu’on échange souvent mais des liens ont été créés auparavant et ces personnes sont encore importantes à mes yeux aujourd’hui. Toutefois, quand je prends conscience de certaines relations sans fondement, j’agis et je ne le regrette jamais.

On nous a mis dans le bain des réseaux sociaux rapidement et ça a pris une place considérable dans nos vies. Mais on ne nous a jamais éduqué sur comment gérer le tout, et chacun a sa propre définition et interprétation de sa liste d’amis. Je me souviens des débuts où certains tentaient d’atteindre la limite d’amis de la plateforme en ligne, comme si cela était un gage de succès ou de popularité. Personnellement, ce sont mes vrais amis qui m’importent, pas ceux qui ne font que scruter mon profil de temps en temps.

Les relations humaines sont au cœur de notre expérience de vie et je ne crois pas qu’être ami Facebook ajoute un plus, assure une qualité dans la relation entre deux personnes. Ma meilleure amie est sans doute celle qui utilise le moins le réseau social populaire, elle songe d’ailleurs à en sortir! Et pourtant, c’est une des personnes les plus importantes dans ma vie.

J’avoue que pour suivre la vie des membres de notre famille élargie ou des anciens collègues, c’est super pratique. Mais il y a un lien fondamental qui a été formé bien avant le lien virtuel. Il y a eu un partage de moments, d’informations, de confidences ; des projets ont vu le jour, des défis ont été relevés, des anniversaires soulignés. Bref, il y a du vécu derrière ce fil invisible qui nous uni. Et c’est cela qui compte réellement, pas le nombre d’années qui nous lie sur Facebook… Ça me fait d’ailleurs toujours rire quand la plateforme sociale nous rappelle un « anniversaire » d’amitié en ligne. Bien souvent, de nombreuses années avant, on faisait la réelle connaissance de la personne alors à quoi ça rime exactement?

Accorde-t-on trop d’importance et d’attention aux réseaux sociaux? Sans doute. Mais ils nous accompagnent, nous divertissent et nous alimentent en informations au quotidien. Je crois qu’il faut surtout s’en servir à bon escient et savoir s’en détacher pour se concentrer sur les gens qui nous entourent. Un Messenger ne remplacera jamais une vraie rencontre en personne, tout comme à l’époque, le téléphone n’a pas substitué à la visite. Notre profil en ligne est le reflet de notre vie, mais aussi une extension, un bout de nous. Toutefois, ça ne doit pas devenir prioritaire ni nous définir. Et ça, il ne faut jamais l’oublier…

 

Photo : Unsplash | Annie Spratt

Related Posts

Tim Wright Les petits bonheurs 16 juin 2017
Lesly Juarez Journée de contrastes 18 juillet 2018