Les fameuses bonnes habitudes

Easton Oliver

Les journées raccourcissent et se font grises ces derniers temps. Le cycle des saisons nous apporte le festival des couleurs mais aussi, pour certains, la déprime saisonnière. Le manque de lumière et de chaleur peut devenir un perturbateur d’humeur et d’énergie et ce n’est pas à prendre à la légère. Avec les années, j’ai compris que j’étais sensible à ce changement et que je devais agir en amont pour en contrer les effets. Je ne parle pas de luminothérapie ni de médication. Je suis plutôt portée à ajuster mon alimentation et augmenter mon activité physique pour compenser mon manque de vitamine D.

Je déteste prendre des pilules. Honnêtement, j’ai toujours cru que le corps avait tout en lui pour se guérir lui-même. Et je ne comprendrai jamais le cercle vicieux de ceux qui acceptent de prendre des pilules pour compenser les effets secondaires des autres pilules prises dans la journée. Ça ne me rentre pas dans la tête, que voulez-vous. On est tous maître de son corps et personne ne peut nous obliger à prendre quoi que ce soit. C’est déjà une première règle à se rappeler quand on sort de chez le médecin avec une prescription en main.

Depuis longtemps déjà, je préconise les approches plus naturelles et moins invasives, comme l’ostéopathie. J’ai la chance d’avoir, dans mon entourage, une fée ostéopathe qui a su, à travers les années, connaître mon corps et y apporter les soins réparateurs pour me permettre d’éviter une longue pharmacopée. Je complète avec quelques produits naturels pour donner un coup de fouet à mon système immunitaire, avec parcimonie.

Il faut apprendre à connaître les signes que notre système nous envoie et chaque personne est différente. La concoction qui fonctionne pour votre voisine n’aura peut-être aucun effet sur vous. Alors il faut être attentif, essayer et ouvrir son esprit. Quand on trouve la formule gagnante, elle fera peut-être seulement un temps. Mais je peux vous dire qu’entre alimentation, sport et produits naturels, le tout agrémenté d’une bonne routine de sommeil, j’ai évité de nombreux virus dans les dernières années.

Personnellement, je préfère dépenser mon énergie à prendre soin de moi pour garder la forme que pour combattre un rhume. C’est un choix très personnel et certains me disent que j’en fait peut-être beaucoup. Comme je le dis souvent, chacun son chemin, chacun ses choix. Je ne juge personne même si certains réflexes me paraissent nuisibles. On avance à différentes vitesses et on n’a pas tous les mêmes priorités.

Je vous invite toutefois à analyser un brin vos comportements et à identifier ce qui vous semble nocifs dans vos habitudes. L’objectif n’étant pas de devenir des saints mais plutôt de s’aider, individuellement et collectivement, à aller mieux. Si chacun fait un effort, je suis convaincue qu’il y aura moins de méchants virus qui circuleront.

Et, ce qu’il y a de bien dans tout ça, c’est qu’à force de prendre soin de soi, on y prend goût aussi. On décèle nos moins bons coups, on préconise les choix sains et ça fait boule de neige. À mes yeux, il faut changer une chose à la fois, sinon c’est trop et on retombe dans nos vieilles habitudes.

Encore là, c’est un pas à la fois et à chacun son rythme. Le simple fait d’en parler dans les rencontres de famille et les soupers entre amis a un effet d’entraînement. Loin d’être une compétition, ça peut donner lieu à des échanges enrichissants et un partage d’information lucratif. Entre vous et moi, qu’a-t-on à perdre de l’essayer?

 

Photo : Unsplash | Easton Oliver

Related Posts

Mathieu Nicolet Moi et mon « trouble affectif saisonnier »… 2 novembre 2015
Javardh Minuit moins une 11 janvier 2019