Ma victoire à moi

Lviv

Je suis impressionnée. En lisant l’article sur une dame de 85 ans qui a bouclé son 16e marathon de New York en un peu plus de 6 heures, j’étais stupéfaite. Dans le sens positif du terme. Dans le sens de « oui, on peut courir longtemps sans que nous genoux se dégradent ». Parce que c’est sans aucun doute la fausse croyance que j’entends le plus souvent quand je parle de mon sport favori.

Je ne compte plus le nombre de personnes m’ayant affirmé, convaincues, qu’elles ne pouvaient pas courir à cause d’un problème de genoux. Au début, je leur expliquais que je souffrais moi-même d’un syndrome fémoro-patellaire et qu’il suffisait d’y aller graduellement, que toutes les structures du corps sont capables de s’adapter, que l’être humain, à la base, est fait pour marcher et courir et non pas rester assis devant un ordi…

Mais avec le temps, j’ai compris que pour beaucoup de gens, c’est facile de se cacher derrière une telle croyance. Ça déculpabilise. Et si c’est votre cas, grand bien vous fasse. Je ne suis plus dans la phase de vous juger (parce que oui je l’ai fait auparavant). Je préfère garder mon énergie pour ma propre condition. Chacun son chemin comme on dit…

Toutefois, j’aimerais qu’on mette quelque chose au clair : bouger, ça donne de l’énergie, ça ne l’épuise pas. Bouger, ça renforce le corps, ça stimule le système immunitaire, ça fait circuler le sang et ça nous purifie de l’intérieur. Je dis ça car j’entends aussi, souvent, la fameuse phrase : ah mais je suis trop fatiguée. Jadis, je l’ai dite moi-même! Mais j’ai compris, depuis le temps, qu’on se ressource en s’activant.

Vous n’avez pas bougé depuis votre dernier cours de badminton du cégep et craignez de vous blesser, d’être courbaturé et que ça gâche vos journées? Soit! Allez marcher! Personne ne se barre le dos à aller marcher, on marche tous les jours. Sortez une station de métro à l’avance pour allonger votre marche du retour jusqu’à votre maison, stationnez votre auto loin dans le stationnement de l’épicerie, faites le tour du quartier pour voir les décorations de Noël qui s’illumineront sous peu. Bref, n’importe quelle raison est bonne pour aller marcher.

Vous êtes un poisson dans l’eau? Toute bonne municipalité possède des installations de piscine qui se respectent. Vous avez besoin d’acolytes pour vous motivez? Je n’ai jamais vu autant de cours de groupe qu’actuellement, vous trouverez assurément chaussure à votre pied. Mais de grâce, n’attendez pas le fameux moment de la résolution du début d’année que vous abandonnerez deux mois plus tard. Intégrez, tranquillement, l’activité dans votre quotidien. Une fois que ça a sa place dans notre routine, on ne le voit plus comme un effort, une corvée.

Pourquoi je parle de cela ce matin? Parce que j’ai entendu la campagne pour le vaccin contre la grippe. Et parce qu’il y a quelques années, j’étais une patate de sofa, j’avais mal partout et je ne comprenais pas pourquoi je manquais d’énergie et attrapais tous les virus qui croisaient mon chemin. Puis, lentement, j’ai changé mes habitudes de vie. J’ai recommencé la course à pied, modifié mon alimentation et allégé mon cerveau grâce à la méditation pour cesser de penser le soir, afin d’avoir un sommeil réparateur. Et ça a changé ma vie.

On n’a pas besoin d’aller faire un marathon à New York pour mieux filer. J’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui le font (encore plus à 85 ans!) mais je sais aussi que ce n’est pas pour tout le monde. La mode est au grand dépassement de soi, à la performance et aux médailles. Mais ma médaille à moi, aujourd’hui, c’est d’avoir rejeté la médication qu’on voulait me prescrire, c’est d’être capable de bien me nourrir et d’être en forme, tous les jours, de profiter de la vie sans m’inquiéter de demain. Et ça, c’est plus impressionnant pour moi que le haut d’un podium. Ma victoire, c’est d’avoir décidé, un jour, de me choisir et d’avancer, à mon rythme. Et vous aussi, vous le pouvez.

 

Photo : Unsplash | Lviv

Related Posts

DanDrew Photography Se reconnecter avec sa passion 6 mars 2019
Sara Kurfeß La maladie du siècle 14 mars 2019