Prendre soin de son moi

rawpixel

On en parle de toutes les façons, on se met une pression monstre pour être dans la tendance du vegan/slow food/écolo/zéro déchet et que sais-je encore. Mais au bout du compte, pourquoi on essaie tout cela? Si le fondement de notre démarche est de bien paraître, j’ai comme le feeling que ça ne durera pas. Si, en revanche, on prend conscience de notre impact sur l’environnement, on prend le temps de mesurer les effets des changements sur notre santé, notre sommeil, notre respiration, nos douleurs, on a plus de chances d’intégrer à long terme ces nouvelles habitudes.

Mais aujourd’hui, tout doit aller tellement vite. On s’attend presque à avoir des bénéfices dans les minutes qui suivent un changement. On voudrait pouvoir le diffuser sur Facebook ou Instagram rapidement, en faire la promotion à notre souper de filles du samedi et surtout, ne pas avoir à trop faire d’efforts pour avoir des résultats. C’est comme ça, on est rendu dans une société qui nous habitue à l’instantanéité. Alors ça crée des attentes.

L’important, c’est d’être conscient du processus qui est nécessaire. Premièrement, le corps, la tête et tout l’ensemble de notre être doit percevoir le changement. Ce n’est pas comme la cortisone, ça prend du temps à être ressenti. Le changement, le corps le perçoit graduellement. On change notre alimentation mais ça prend plusieurs jours avant d’en constater les effets. On arrête ou on diminue notre consommation d’alcool mais le corps a besoin de temps avant de se purifier. On prend des produits naturels mais ce n’est pas magique.

Combien de fois ai-je entendu quelqu’un me dire : ah j’ai essayé tel truc mais ça n’a pas marché. Et quand je demande pendant combien de temps le test a été fait, on me répond souvent « une semaine ». Alors, on se gave de cochonneries pendant des années, on se soucie peu de son alimentation pendant 20 ans, on ne bouge pas, on dort mal, bref, on ne prend pas soin de soi pendant une longue durée et il faudrait qu’en quelques jours, tout cela soit inversé?

Je ne suis vraiment pas là pour faire la morale à qui que ce soit, ni pour juger ou critiquer. Mais j’ai juste envie qu’on prenne conscience que de déprogrammer notre cerveau d’une vieille habitude, de décrasser notre carcasse, de purifier notre système et de modifier nos comportements, ça demande du temps. Même si prendre son temps n’est plus dans l’air du temps, c’est un passage obligé, c’est un processus inévitable.

Et chacun son chemin comme on dit. Si ça ne vous tente pas de vous donner le temps, ça vous appartient. J’espère seulement que vos attentes seront proportionnelles aux efforts que vous mettez, pour que vous ne soyez pas déçus ou découragés. Et je sais que tout autour de nous nous pousse à faire vite, à tourner les coins ronds, à procéder efficacement. Mais notre corps et notre âme, c’est bien souvent de calme, de lenteur, de ressenti et de reconnexion avec soi qu’ils ont besoin. Prendre soin de son moi, c’est exigeant et ça demande un investissement réel, concret.

Mais, malgré ce constat, malgré ce vertige devant l’engagement nécessaire, je peux vous garantir que ça vaut le coup, et que l’énergie qu’on investit en soi nous est profitable sur le très long terme. Se prioriser, ce n’est pas être égoïste car quand on a un genou à terre, quand on n’est pas à son maximum, il est plus difficile d’être disponible pour les autres. C’est un cercle, un cycle. Se donner à soi permet de redonner aux autres. Alors, je vous souhaite un beau week-end de détente, de bonheur, de plaisir et surtout, d’écoute, de soi et des autres. Parce que ça, ça ne s’achète pas.

Photo : Unsplash | rawpixel

Related Posts

JOHN TOWNER La vie est bien faite 3 août 2018
davide ragusa Au-delà du formulaire… 30 mai 2016