C’est beau, un corps. Point.

Pierre BEST

Ce matin, je partageais l’article de La Presse+ sur les marques de vêtements d’ici qui tendent à promouvoir l’inclusion et la diversité, que ce soit en termes de couleur de peau ou de forme corporelle. Et j’étais particulièrement heureuse de constater qu’ici, on ose, on dépasse les tabous et on défait les mythes et préjugés. Je suis fière de nous ce matin.

Vous me direz qu’il y a peut-être un peu (beaucoup) de stratégie marketing derrière ça mais je préfère croire qu’on défonce les barrières, peu importe la raison qui provoque ces initiatives. Parce que les mannequins anorexiques, ça fera. Je ne connais personne qui a l’air de ça et la plupart des hommes de mon entourage avouent préférer les « vraies courbes » à un tas d’os. Et je ne parle pas ici de quelqu’un qui a une génétique qui fait que c’est impossible d’engraisser. Je parle de l’image véhiculée qu’une femme, ça doit avoir un ventre plat, des fesses bombées, des seins bien fermes qui ne tombent pas, des lèvres pulpeuses, une tignasse lissée et des talons de 6 pouces.

Ça me plait qu’on soit rendu, collectivement, plus ouvert à cette diversité, même si plusieurs vont bougonner devant des corps plus naturels. C’est en s’exposant à cette réalité qu’on défera les stéréotypes et qu’on reviendra à une image positive du corps, dans toutes ses formes. Être en forme c’est une chose et vouloir prendre soin de soi en faisant du sport et en s’alimentant sainement, c’est bien. Mais être obsédée par le bourrelet qui perdure, ce n’est pas sain, ça.

Pourtant, on le sait, les discours pullulent sur l’acceptation de soi mais on continue de suivre les marques qui prônent la maigreur sur Instagram. C’est dur de changer, c’est ardu de casser le moule. Et ça prend des initiatives comme celle de Sokoloff, J3L Lingerie et autres pour nous influencer positivement.

C’est quand la dernière fois que vous vous êtes regardée dans votre miroir, en sous-vêtements, et que vous avez apprécié votre corps? Vous pouvez être honnête avec vous-mêmes car personne ne saura la réponse. Personnellement, il y a des jours où je suis en mesure d’apprécier ce corps qui me soutient malgré les épreuves mais il y en a d’autres où j’ai envie de le couvrir au plus vite.

Avec les années, j’ai changé mon rapport à mon corps. Je me le suis appropriée, d’abord, mais j’ai aussi appris à ressentir l’intérieur plutôt que de me concentrer sur l’enveloppe. Quand je sens mes muscles qui travaillent fort lors d’une sortie de course, quand je constate que mes organes s’équilibrent, quand je me réveille en pleine forme le matin, quand je m’apaise par la respiration… Tout cela me fait réaliser à quel point c’est une machine formidable et que son allure compte peu par rapport à tout ce qu’elle réussit à accomplir.

Notre corps, ce n’est pas qu’une image. C’est un véhicule puissant, un allié qui nous accompagne dans tout ce qu’on entreprend. Oui, c’est la première chose que les gens voient. Mais nous sommes tellement plus que cela. Notre sourire, notre regard, notre voix, notre poignée de main, notre énergie : ça en dit beaucoup plus long que notre tour de taille.

J’ai tellement envie qu’on arrête d’être si dure envers nous-mêmes et qu’on passe par-dessus cette foutue image corporelle imparfaite. On nous a bourré le crâne avec ces standards irréalistes mais on peut défaire ces perceptions pour s’accepter, s’aimer et s’en servir comme un tremplin pour accomplir tout ce qu’on veut.

Oui, on est belle, on est bonne, on est fine et on est capable. Mais surtout, on est aimable et désirable, peu importe la grandeur de nos jeans.

P.S. Je vous invite à suivre l’OBNL « Bien avec mon corps » sur Instagram :
https://www.instagram.com/bienavecmoncorps/

Photo : Unsplash | Pierre BEST

Related Posts

Anthony DELANOIX La liberté d’être soi 12 janvier 2016
Javardh Minuit moins une 11 janvier 2019