Les trouvailles de mai

the Bialons

Qui dit retour de voyage dit décalage horaire ou, en langage commun, jetlag. Et je peux vous dire que j’ai le jetlag assez intense depuis mon retour d’Italie. Mon système a très bien enregistré le rythme vénitien, il l’a même adopté allègrement (trop). Alors peu importe à quelle heure je vais au lit le soir, à 4 h, c’est immanquable, je tourne dans mon lit, complètement éveillée et dans l’impossibilité de retrouver le sommeil. La joie…

Le seul avantage que j’ai trouvé dans ce désagrément (parce que oui, j’aime trouver du positif dans tout), c’est que ça me donne beaucoup de temps pour rattraper les émissions que j’ai manquées en mon absence et en découvrir de nouvelles. Et je suis tombée sur une merveilleuse perle disponible sur tou.tv : fourchette. Cette courte web-série propose une trame dramatico-romantique constituée en fait d’une adaptation du blogue littéraire de Sarah-Maude Beauchesne, Les Fourchettes. Et c’est particulièrement bon. Je vous invite à visionner ce petit bijou lors de la prochaine journée pluvieuse (qui arrivera assurément).

Autre découverte qui occupe mes insomnies : le bouquin Avec pas une cenne proposé par un collectif d’auteurs et qui rassemble les récits de voyage de quatorze personnes, sous la direction littéraire de Mélissa Verreault. « Défier la routine, confronter ses peurs, rencontrer l’âme sœur, donner un sens à sa vie, célébrer la fin d’une époque ou le début d’une autre, dépenser l’argent qu’on n’a pas, oublier ses ratages et fuir ses déceptions : voilà autant de raisons d’enfiler son sac à dos et de partir à l’autre bout de la planète pour voir si on y est. »

Et bien sûr, pour ma part, qui dit voyage dit lecture chick lit. Petit plaisir coupable que j’assume pleinement, ces lectures légères et souvent un peu quétaines me permettent de m’évader, de ne pas réfléchir et de me divertir à souhait. Et j’ai lu trois livres qui ont très bien comblé ce besoin d’évasion.

Première lecture : Cupidon a des ailes en carton, de l’auteure Raphaëlle Giordano, qui nous avait offert « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ». Du pur bonbon, des rebondissements à souhait, une histoire rocambolesque à peine crédible mais si savoureuse qu’on se prend au jeu avec grand plaisir. Histoire d’amour teintée de folie et de scénarios absurdes : amenez-en!

Valérie Chevalier nous revient avec son nouveau bouquin : Tu peux toujours courir. Le récit de deux amies qui collectionnent les fréquentations mais s’investissent rarement en profondeur jusqu’à ce que, bien entendu, le bonheur surgisse là où il n’était pas attendu. Humour et autodérision sont au rendez-vous dans ce roman drôle et rafraîchissant.

Et finalement : L’allégorie des truites arc-en-ciel, premier roman de l’ancienne athlète de tennis Marie-Christine Chartier. Une belle finesse dans son écriture et une histoire qu’on a tous l’impression de connaître : la fine ligne entre l’amitié et l’amour entre un homme et une femme. Ici illustré entre deux jeunes personnages, ce scénario met en lumière l’importance de la communication mais aussi de s’analyser soi-même dans ses sentiments et de faire preuve d’honnêteté.

Bref, avec tout cela, vous devriez trouver de quoi vous satisfaire pour les prochaines semaines. Avec l’été qui s’installera éventuellement, j’aurai assurément d’autres suggestions littéraires pour vous. Restez à l’écoute, et d’ici là, profitez du beau temps pour ajouter quelques plantes qui attirent les oiseaux, les abeilles et les papillons dans votre jardin. Parce que c’est si beau et si nécessaire, et que la nature est la seule à ne rien nous demander en retour de ce qu’elle nous offre. Ou peut-être juste qu’on la respecte.

Photo : Unsplash | the Bialons

Related Posts

Justin Luebke Quand une blessure mène à la beauté 25 octobre 2016
Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part Quand l’amour transcende 17 mars 2017