Pour la simple raison d’être bien

Emma Simpson

Ce matin, un texte partagé sur un groupe de course a attiré mon attention. Étonnamment, c’est un billet paru sur le site de RDS, pour moi qui regarde à peine la télévision et qui n’a pas le câble depuis longtemps déjà. Mais le sujet m’appelait par son titre et l’évidence de son contenu : les derniers seront les premiers.

Je vous invite à le lire si le cœur vous en dit. En gros, ça parle de ceux qui finissent derniers lors des courses officielles, alors que les gens quittent souvent les lieux, alors que les grandes festivités sont terminées et que, bien souvent, il reste à peine de quoi confirmer la fin du parcours. Je ne suis pas de ceux qui franchissent la ligne d’arrivée en dernier mais je ne suis vraiment pas non plus dans les premiers à être acclamés. Je suis dans la bonne moyenne.

Mais je sais que si je tente une épreuve plus longue, je serai plus lente, je souffrirai comme tous ceux qui affrontent ces épreuves avec le cœur à la bonne place mais la forme physique ou les capacités pas au top. Car parcourir de telles distances, ça demande une détermination en béton armé, surtout quand notre rythme est plus lent. Pour la simple raison que cela signifie qu’on court plus longtemps. La souffrance est donc plus longue, les douleurs et les inconforts sont ressentis sur une durée qui peut paraître une éternité.

Mais la fierté, elle, demeure la même. Celle d’avoir accompli son exploit, celle d’avoir atteint son objectif, celle d’avoir résisté à l’envie d’abandonner, celle d’avoir suivi son plan malgré les difficultés. Et cela, il faut l’avoir vécu pour le comprendre réellement. Tout comme il faut être sportif pour comprendre comment, après une longue journée de travail, ça fait du bien d’aller faire une sortie, pour se vider la tête et le corps de tout ce stress accumulé.

Combien de fois ai-je entendu quelqu’un dire : ah mais je suis tellement épuisé à la fin de ma journée, je n’aurais pas l’énergie d’aller courir. Cette fameuse perception que ça nous vide alors que, pourtant, faire du sport, ça nous remplit d’une énergie nouvelle. C’est comme une purge : ça fait sortir le méchant pour le remplacer par du bon. Et c’est grâce à ces entraînements qu’on arrive à des courses bien préparé, apte à affronter les doutes et les obstacles.

Ce texte, ce matin, m’a rappelé aussi pourquoi j’aime participer à l’occasion à des courses officielles. Parce qu’être entourée de gens qui ont la même passion que moi, ou la même folie diront certains, c’est revigorant. Entre nous, on se comprend. Tout comme, quand on sort courir et qu’on croise un autre coureur, il y a ce petit signe pour se saluer et cette étincelle dans le regard qu’on partage et qui veut dire : je te comprends, je suis avec toi.

Prendre du temps de son horaire pour s’entraîner et participer à de tels événements, c’est se donner de l’amour. Parce que la santé, ça ne tombe pas du ciel. Parce qu’avec nos vies de fou où tout semble toujours aller trop vite, il faut être entêté pour tout arrêter et prendre du temps pour soi. Il faut s’aimer pour faire cela au lieu de s’évacher sur le sofa à regarder Netflix.

Alors oui, ceux qui finissent les derniers lors d’une course officielle méritent toutes les félicitations du monde. Parce qu’ils ont l’endurance physique mais surtout mentale pour aller au bout de leur engagement. Parce que oui, toutes les performances se valent et ce n’est pas le temps sur le chrono qui compte mais ce que le coureur ressent à l’intérieur de lui d’avoir accompli cette merveille un beau jour de printemps. Après des mois d’efforts, après des heures de sueur, après des moments de découragement, des blessures, des sacrifices et des doutes, le jour J, c’est magique. Peu importe d’être premier ou dernier, l’important c’est de participer.

Photo : Unsplash | Emma Simpson

Related Posts

Thought Catalog Tout ça pour ça 5 octobre 2017
Pietro De Grandi Tout est dans le sourire 30 novembre 2017