L’art de vivre en communauté

Andre Hunter

Dans la vie, on tombe parfois sur des personnes qui cherchent le trouble sans raison. Vous savez, ces gens qui, peu importe la situation ou le contexte, voient tout négatif et cherchent les bibittes là où il n’y en a pas, au risque d’en inventer pour se divertir? On a la merveilleuse chance (sarcasme) d’accueillir ce type de personne dans notre voisinage depuis quelques mois et hier, ça a atteint le niveau vandalisme.

Je n’aurais jamais cru voir arriver près de moi une intimidatrice, une vraie bully comme on dit. Celle qui se plaît à effrayer les gens, qui montre à ses enfants que la méchanceté est meilleure que la parole douce, que la communication ne sert à rien, qu’il vaut mieux jouer du coude. Ça me décourage de voir ça. On entend souvent parler des chicanes de cours d’école, des enfants qui, souffrant d’insécurité, bousculent les autres pour se faire respecter.

Mais, il me semble qu’à l’âge adulte, on a les outils pour communiquer, pour discuter, pour trouver des terrains d’entente, pour relativiser et vivre sainement en société, non? La triste réalité nous est révélée ces jours-ci avec cette attitude de fermeture et de haine permanente dans une petite famille qui aurait pu s’intégrer dans note communauté avec classe.

La question qui me trotte dans la tête depuis cet incident est « on gère ça comment une intimidatrice qui ne voit pas la réalité mais préfère se vautrer dans son monde intérieur sombre et malsain »? On dirait que je n’arrive pas à trouver l’angle, à identifier la manière de calmer le jeu, d’inverser l’escalade de colère. Car mon cerveau pense avec la logique et le bon sens, pas avec la théorie du complot et le sentiment de persécution qui semblent habiter ces gens.

On dit souvent qu’il faut se mettre à la place de l’autre mais là j’ai l’impression qu’il y a tellement de souffrance à l’intérieur d’elle pour agir ainsi que je n’arrive pas à me transposer. Trouver un terrain neutre ne semble pas possible et tout parait envenimer la situation.

J’ai déjà eu un collègue comme cela il y a quelques années mais heureusement, au boulot, il y a des ressources humaines pour gérer ce type de conflit. Dans la vie de tous les jours, on est laissé à soi-même et on réalise qu’on est bien démuni. Et vous ferez une petite recherche sur l’intimidation entre adultes… Tout concerne les enfants ou le harcèlement au travail. Mais des citoyens réguliers? Niet!

Mon billet n’a rien de très positif ce matin mais, dans la vie, il y a aussi ce type de situation pour nous faire apprécier les bons moments, les joies et les petits plaisirs. Il faut savoir en profiter quand ça va bien car notre équilibre peut être rapidement perturbé, sans qu’on s’y attente. Alors savourons chaque petit bonheur, comme pour faire des réserves pour les moments de tempêtes et de doutes.

Photo : Unsplash | Andre Hunter

Related Posts

Ian Schneider Mes vœux les plus sincères 3 décembre 2015
Charissa T. Be strong! 22 octobre 2015