Posts in "Événement" Category

À la rencontre de l’humain

Caroline Thibault - Photographe

Ce matin, je suis de retour après une courte pause, le temps de me ressourcer et de me déposer. Heureusement, je n’avais pas prévu d’aller me prélasser dans le sud! J’ai plutôt opté pour un peu de temps à la maison, question de m’enraciner et de profiter de ma demeure que j’ai tant bichonnée. Puis, j’ai terminé cette semaine de vacances par une retraite de yoga et de randonnée, une expérience qui m’appelait depuis un bon moment déjà.

Je dois avouer que je suis une solitaire, particulièrement quand il est question de dormir quelque part. Disons que je ne suis pas la candidate idéale pour les auberges de jeunesse et dortoirs communs. J’ai le sommeil léger et facilement dérangé alors sachant cela, j’essaie toujours de m’organiser pour avoir une chambre en solo (ou en couple le cas échéant). Comme on dit, je préfère payer plus cher mais mettre toutes les chances de mon côté!

Outre mes craintes au niveau du sommeil, j’ai toujours une petite appréhension de la vie en communauté. On ne sait jamais quel genre de personne on retrouvera dans une retraite, dans un milieu relativement restreint. Et ce vendredi, j’arrivais au chalet situé au Mont-Tremblant avec de l’excitation et une petite pointe de réserve. Mais heureusement, j’ai été comblée autant par mes acolytes de yoga que par les lieux.

L’événement, organisé par Edge Expérience, nous amenait dans un mode de relaxation, d’introspection et d’écoute, sans jugement, sans prétention et surtout, dans un accueil total de qui nous sommes. Chacune des participantes, car oui nous n’étions que des femmes réunies pour l’occasion, a pu pratiquer son yoga à son rythme, selon ses capacités et son état du moment. De belles séances, autant physiques qu’introspectives, nous ont permis d’approfondir notre connaissance du yoga grâce aux enseignements de Christine Laverdure.

Nous avions aussi au programme une randonnée en montagne, un jogging (ou marche) matinal ainsi que 2 invités qui se greffaient à notre petit clan, le temps de nous inculquer quelques savoirs supplémentaires, sur la nutrition et notre rapport à la nourriture ainsi que sur la pleine conscience. Les repas, partagés en groupe, nous ont permis de rigoler, d’apprendre à se connaître, d’échanger et de s’abreuver des connaissances et expériences de chacune.

Du début à la fin, cette expérience fut mémorable et touchante. Au-delà de la pratique du yoga, c’est sans aucun doute la rencontre de femmes toutes plus belles les unes que les autres, qui m’aura le plus marquée. Je parle d’une beauté qui dépasse le physique, je parle de beauté d’âme. Quand on se plonge dans un tel contexte, quand on laisse les masques, l’égo et notre vie de tous les jours de côté, pour arriver avec comme seule arme sa vulnérabilité et son tapis de yoga, ça permet de faire des rencontres exceptionnelles.

Arriver à connecter avec des femmes, jusque-là inconnues, partager son quotidien, découvrir quelques facettes de chaque personnalité, c’est très enrichissant pour l’esprit et le cœur. Et je crois qu’au-delà des bienfaits physiques d’une telle retraite, on ne peut pas minimiser à quel point ça fait du bien de décrocher et de se réunir en tant qu’humain ayant un intérêt commun pour le bien-être physique et mental.

À mes nouvelles amies, Marlène, Mélissa, Elaine, Sylvie, Émilie, Carmen, Christine, Caroline et bien sûr, ma belle amie Chantal, la rassembleuse sans qui cet événement n’aura pas eu lieu, je vous dis merci pour votre ouverture, votre respect et votre chaleur. Ces moments passés en votre compagnie sont comme un gros câlin dans notre monde trop mouvementé, parfois froid, et souvent très occupé. On a rechargé nos batteries ensemble et on a rempli notre âme de souvenirs et de bonté. Namasté!

Photo : Caroline Thibault – Photographe

Montréal fait la belle

Marc-Olivier Jodoin

Aujourd’hui, c’est la fête de Montréal, son gros party d’anniversaire débute et durera plusieurs semaines. Certains se plaignent des sommes astronomiques qui sont investies dans ces festivités mais ce n’est pas tous les jours qu’on a 375 ans, quand même. De toute façon, permettez-moi d’être cynique quelques secondes, mais peu importe ce qui est fait ou aurait pu l’être, il y aurait eu des gens pour s’en plaindre. C’est ainsi, et il y aura toujours des insatisfaits.

Je me souviens encore très bien de mes rêves de jeunesse d’aller vivre dans la grande ville plus tard. J’habitais loin de Montréal et pour moi, cette ville représentait la liberté mais aussi un monde de possibilités. Quand on vit dans une petite ville de région où pratiquement tout le monde se connaît, le fait de pouvoir passer incognito à toute heure du jour et de la nuit, de rencontrer des gens de toutes provenances et tous les styles, de pouvoir marcher des heures dans les rues pour découvrir toujours plus, c’est très euphorisant.

J’avais une tante qui nous prenait avec elle, mes sœurs et moi, pendant quelques jours, dans son appartement de Côte-des-Neiges. Et je me souviens très bien que, quand on approchait de la ville en voiture, je sentais son odeur et ça me plaisait. C’est très drôle car aujourd’hui, quand je sens cette même odeur, je sais que c’est celle de la pollution alors je souris devant toute ma naïveté d’enfant. Mais le bruit, l’odeur et la densité de la ville me rendait heureuse, j’étais loin de ma vie, loin du quotidien et j’arrivais dans le monde de tous les possibles. Ma tante peinait à me garder près d’elle car le moindre élément nouveau m’attirait, même de l’autre côté d’un boulevard achalandé.

Je me souviens des effluves de nourriture et surtout d’épices venues d’ailleurs qui me chatouillaient les narines et me troublaient. Je découvrais autre chose que les fines herbes et épices d’ici et je ne savais quoi en penser. Autant toutes ces nouveautés m’effrayaient, autant elles me grisaient et me donnaient envie de partir en exploration pour m’ouvrir au monde.

Dès que j’ai pu, je suis déménagée à Montréal. Mon premier logement était dans le quartier Centre-Sud et j’adorais me savoir enfin dans la grande ville. Je vivais en quelque sorte un rêve, même si les murs étaient en carton et que les environs pouvaient être louches à certaines heures. Mais j’aimais ça, je me sentis fière et libre.

J’ai beaucoup marché Montréal et j’ai profité de ce qu’elle m’offrait. J’y ai travaillé avec plaisir et ardeur, j’y ai étudié, j’ai rencontré mes amis et quelques amours. Je m’y suis perdue puis retrouvée, dans tous les sens du terme. Je me suis enfargée dans ma vie à quelques reprises mais je me suis toujours relevée.

Puis après une décennie, j’ai compris que j’avais fait le tour. Comme on dit, on peut sortir une fille de Mont-Laurier mais pas sortir Mont-Laurier de la fille. En d’autres mots, l’appel de la nature se faisait sentir et tout à coup, je manquais d’air. Je me suis exilée, beaucoup trop loin, pendant trois ans. J’ai parcouru l’autoroute 15 pendant trop longtemps, à pester contre le trafic. Puis, je me suis rapprochée. Juste assez près pour pouvoir profiter des bons côtés de la ville, mais en ayant la tranquillité et la nature dont j’ai besoin.

J’aime encore Montréal pour sa culture, sa gastronomie, sa diversité, sa sécurité, son mélange des genres, des langues et des musiques qui s’entremêlent. J’y vais pour travailler ou pour m’amuser et quand je la quitte, je l’aime encore et je sais que je la reverrai sous peu. C’est une ville magnifique qui mérite qu’on la fête et qu’on l’honore. Elle m’a accueillie à bras ouverts et m’a toujours acceptée, malgré mes éloignements, malgré mes critiques. Montréal nous aime, comme on l’aime, inconditionnellement. Bonne fête, Montréal! xx

 

Photo : Unsplash | Marc-Olivier Jodoin

À ne pas manquer : La Grande Fabrique

Plus d’une centaine d’artisans, de créateurs québécois et d’organismes se rassemblent cette fin de semaine afin de vous exposer le fruit de leur travail. La Grande Fabrique animera le quartier Hochelaga-Maisonneuve pour une dixième édition et à voir la liste des participants, je crois sincèrement que ça vaut le déplacement.

Produits écoresponsables, locaux et éthiques seront disponibles aux visiteurs, le tout divisé en quatre sections installées sur la rue Sainte-Catherine Est entre le boulevard Pie-IX et l’avenue Bennett. Les cinq zones de découvertes et de plaisirs se découpent ainsi :

  • Etsy Montréal
  • Mode et accessoires
  • Habitation
  • Bien-être
  • Divers

À cela s’ajoute la participation de « OuiShare ». C’est un super bel ajout que l’organisation a fait cette année pour présenter quatre innovations écologiques développées à l’éco2fest lors du forum social mondial et le projet écosphère.

Dans la section bien-être, vous pourrez aussi profiter d’un marché public où des producteurs maraîchers locaux et des traiteurs vous feront découvrir des produits faits maison et biologiques. Parcours animé et festif, vous pourrez faire de belles découvertes et adopter de nouvelles habitudes pour un mode de vie plus écoresponsable.

Dans le parc Morgan, une zone famille sera installée afin de faire une pause. Jeux d’eau, maquillage pour enfants, jeux gonflables et autres animations raviront les petits pendant que les grands profiteront de la zone bar aménagée pour l’occasion et animée par des petits spectacles acoustiques.

La Grande Fabrique 2016
La Grande Fabrique 2016

Alors pourquoi ne pas aller y faire un tour pour se procurer de bons produits mais surtout pour rencontrer des artisans et créateurs d’ici, passionnés et dévoués. La belle température sera au rendez-vous ainsi que la créativité des organisateurs et participants.

Une formule gagnante pour une fin de semaine parfaite, où la bonne humeur, la chaleur humaine et l’ambiance de partage teinteront votre passage.

Allez, ajoutez cela à votre agenda!

La magie du cirque

Hier soir, j’ai eu la chance d’assister à la représentation de Luzia, le nouveau spectacle du Cirque du Soleil, inspiré de la culture mexicaine. Aller au cirque, c’est s’abandonner à la magie et la féerie de l’imaginaire, se laisser emporter dans un monde parallèle et ouvrir son esprit à toute sorte de sensations, d’images, de sons et de courbettes que notre tête peu à peine s’imaginer. C’est en fait, de se connecter à notre cœur, celui de notre enfance, empreint d’innocence et sans jugement.

J’ai adoré ma soirée et ça faisait longtemps que je n’avais pas été aussi happé par une production. Complètement soumise au tourbillon qui se déroulait devant mes yeux, je suis sortie ravie et émerveillée, complètement charmée par le travail exceptionnel d’une équipe tissée serrée. Cette soirée, précédée d’un souper entre amies, m’a fait décrocher de ma routine, de mon quotidien réglé au quart de tour.

Et ça fait réaliser à quel point nos vies peuvent être prévisibles et souvent dénuées d’art et de folies. Mon amie l’a bien résumé en ces mots : ma vie me semble tellement ordinaire comparée à ça. Et ÇA, c’était des acrobates qui volaient devant nous, des artistes doués et communiquant par leurs gestes, leur passion et leur amour de leur démarche artistique. De la mise en scène à la musique, en passant par les effets spéciaux, le talent des artistes et l’enchaînement des numéros, tout était parfait. Qu’un ballon ou un diabolo tombe par terre, ça n’enlève rien à la qualité du spectacle qu’on nous a proposé hier.

Voir des gens aussi passionnés, heureux et investis, ça donne une dose d’énergie incroyable. Leurs efforts et entraînements intensifs portent leur fruit et on réalise qu’avec la volonté, tout est possible. Bien sûr, ce fleuron québécois a été vendu mais l’essence même du Cirque du Soleil demeurera toujours bien en place, trop profonde et ancrée pour se faire laminer au passage.

Se divertir, se laisser charmer par du talent en or comme celui-là, c’est une des sources de plaisir que je préfère. Sortir de sa propre vie pendant quelques heures, laisser le cellulaire, les soucis et toutes les préoccupations à la porte du chapiteau fait réellement du bien. Ça prend des moments comme ceux-ci pour se ressourcer et retrouver la fibre créative en soi.

Que vous aimiez la musique, le cirque ou peu importe la forme d’art, gâtez-vous! Il n’y a rien de plus sain que de laisser son cerveau être stimulé ainsi. Ça donne des ailes, ça allège le cœur, on change de perspective et tout à coup, un monde s’ouvre à nous.

L'Écrivain de la famille
L’Écrivain de la famille

Pour la finale, une petite découverte littéraire… J’ai terminé la lecture d’un petit roman, un bijou et une surprise. J’aime commander des livres au feeling, sans trop avoir d’attente. Et celui-ci est franchement un coup de cœur.

L’Écrivain de la famille – Grégoire Delacourt
Éditeur : Le Livre de Poche

 

 

 

 

Photo Luzia : Journal Métro

Quand l’expression joindre l’utile à l’agréable prend tout son sens

de-la-rue-aux-etoiles

“Joindre l’utile à l’agréable”, nous entendons cette expression régulièrement. L’événement “De la rue aux étoiles” organisé par l’organisme Dans la rue en est clairement l’illustration.

Dix des meilleurs chefs montréalais prendront part à une compétition amicale pour revamper un mets typique de la rue en un véritable chef d’œuvre culinaire.

L’organisme vous convie à son événement-bénéfice annuel qui lancera les festivités entourant son 25e anniversaire :

“Cette année, le traditionnel hot-dog sera transformé en un plat hautement gastronomique pour le plus grand plaisir des participants. Ceux-ci auront la chance de goûter aux créations et de voter pour leur hot-dog gourmet préféré. Un panel de juges décernera également un prix, celui du jury, au mets de la rue le plus délectable. Au programme : une multitude de divertissements urbains et d’activités électrisantes. Une soirée dont vous vous souviendrez longtemps. Joignez-vous à la fête et célébrez à nos côtés notre 25e anniversaire!”

Serez-vous de la partie?

DATE : 26 septembre dès 18 h

LIEU :  Centre des sciences de Montréal – Perspective 235°
2, rue de la Commune Ouest – Le Vieux-Port de Montréal

Pour tous les détails : http://www.danslarue.com/fr/evenements/de-la-rue-aux-etoiles