Retour à la routine

Patrick Hendry

Hier soir, je regardais distraitement la nouvelle collection de Zara question de trouver de l’inspiration vestimentaire pour l’automne qui s’amène trop rapidement. Au-delà des vêtements assez jolis que j’y ai vus, j’ai été relativement troublée par la maigreur des mannequins qui les portaient.

On a beaucoup parlé du corps réel, celui de la femme de tous les jours, de la mère de famille, de la femme d’affaires qui n’a pas toujours le temps de s’entraîner ou de cuisiner tous ses repas santé à la maison. Mais je constate que, malgré le discours et le désir de certains magazines de présenter des corps plus réalistes, il reste une mentalité de fond qui perdure et, malheureusement, semble être incrustée solidement. Et si les grandes marquent n’embarquent pas dans la danse, le changement demeurera marginal voir imperceptible.

Pourtant, la maigreur est synonyme de problème de santé bien souvent (je dis bien souvent car la génétique fait que certaines personnes sont minces et le demeureront toute leur vie) et je ne vois pas en quoi véhiculer ce type d’image peut être perçu comme un succès pour une marque. Je ne suis, personnellement, ni la plus mince, ni la plus grosse. Je suis dans la moyenne comme on dit. Combien de fois ai-je essayé un vêtement qui tombait parfaitement au haut de mon corps mais coinçait aux hanches ? Des dizaines voire plus… Les formes féminines font partie de la réalité et quand je regarde ces corps amaigris, voire rachitiques, pour promouvoir les collections, je préfère cent fois mes quelques livres en trop (ne me lancez pas des tomates, je les assume).

Prendre soin de soi va au-delà du résultat sur la balance me direz-vous et c’est tout à fait vrai. Peu importe votre IMC ou votre poids, vous pourriez être profondément malheureux ou malheureuse de votre image même si vous répondez aux standards de la mode. Et c’est bien souvent dû à l’influence médiatique des grandes marques et magazines qui nous bombardent de corps maigrichons et irréalistes. C’est un cercle vicieux très malsain qu’on entretient malgré nous : l’éternelle insatisfaction.

J’ai toujours encouragé les saines habitudes de vie, l’activité physique et l’alimentation équilibrée mais la notion la plus importante à mes yeux est celle du plaisir. Si prendre soin de soi devient une corvée, je peux vous garantir que ça ne fera pas long feu et qu’au premier coup dur, ça prendra le bord. Pour changer profondément et avoir un impact concret sur sa santé à long terme, on doit ressentir le besoin au fond de soi, et surtout le faire pour soi. Pas pour l’image que les autres auront de nous, pas pour pouvoir séduire quelqu’un, pas pour tenter de correspondre aux standards mais réellement pour s’aimer soi-même et ressentir du bien-être.

Apprendre progressivement à intégrer une activité physique dans sa routine et changer ses habitudes alimentaires afin de diversifier ses aliments et d’ajouter des mets plus équilibrés dans nos recettes favorites, ça demande du temps et ça doit se faire graduellement. Si c’est trop drastique, souvent, ça devient décourageant et on se sent en privation. Alors que si on y va doucement, ça permet à notre esprit de s’y habituer et de ne pas vivre de choc.

Après la saison chaude et son rythme plus éclaté, un des premiers éléments qui me revient toujours en tête quand je décide de reprendre ma routine plus saine, c’est de diminuer l’alcool. Car pendant l’été, l’appel de la terrasse se fait sentir trop souvent et chaque occasion est bonne pour trinquer à cette belle saison qu’on attend toujours avec impatience. Mais quand les nuits se font plus fraîches, je me dis toujours que le retour à la normale doit se faire. Ma rentrée à moi se vit intérieurement, c’est une occasion de renouer avec mon programme de course régulier, de me dénicher de nouvelles recettes santé, de retrouver celles qui avaient été mises de côté au profit des apéros bien arrosés.

Mais tout ça, je le fais car j’en connais l’impact et que je sais que l’été, je me permets quelques écarts. Et je me permets cela pour me faire du bien, lâcher mon fou et sortir de ma routine après des mois de régime de vie plus rigide. C’est une question d’équilibre et certains me diront que ce n’est pas logique de sortir de mon mode sain pendant quelques mois pour ensuite rattraper le coup. Mais vous savez quoi ? C’est mon mode à moi et il me convient.

Je ne demande à personne de me suivre dans cette façon de vivre, je ne me présente pas comme le modèle à suivre. Je ne fais que vous le partager pour aussi faire comprendre à mes lecteurs qu’il y a diverses façons de vivre et de prendre soin de soi. Il suffit de trouver votre formule à vous, celle qui vous rend heureux et vous permet de vous sentir bien. Car au-delà des mots, au-delà des apparences, il y a ce qu’on ressent au fond de soi.

 

Photo : Unsplash | Patrick Hendry

Related Posts

Toa Heftiba La beauté de l’humain 17 août 2017
Priorité : bonheur 31 mai 2021