Le 19 août : Journée mondiale de l’aide humanitaire

share humanity

Quand j’étais petite, je me souviens que je regardais l’émission de Vision mondiale avec grand intérêt et que je me promettais de partir aider le monde une fois adulte. J’ai bien fait un peu de bénévolat mais je ne suis jamais partie pour faire une différence chez des peuples vivant dans des conditions qui me paraissent inhumaines.

Dans le confort de nos foyers nord-américains, on se désole des catastrophes qui déciment des villages éloignés. Mais que fait-on réellement pour aider ces gens pour qui se nourrir et avoir un toit pour la nuit devient un combat sans précédent? Très peu… Trop peu…

Aujourd’hui c’est la Journée mondiale de l’aide humanitaire et en entendant cela à la radio ce matin, je me suis trouvée bien égoïste. J’écoutais Stephen Cornish, directeur général de Médecins sans frontière, expliquer que pour lui aider son voisin ou aider un réfugié dans une zone de guerre, c’est du pareil au même. Et bien je lui lève mon chapeau car je n’ai vraiment pas ce courage. Cet organisme apporte une aide médiale dans les coins les plus reculés du monde où peu de gens veulent s’aventurer. Il y a de plus en plus d’attaques perpétrées envers les membres des équipes d’aide humanitaire mais ces gens-là y vont quand même, au risque et péril de leur propre vie.

Je trouve cela admirable et quand je lis sur le sujet, je réalise à quel point ma petite zone de confort prend trop de place dans ma vie bien rangée. Je n’aurais pas, je crois, la force d’affronter cette détresse humaine. Ça prend une détermination de fer, une force de caractère inébranlable, un humanisme sans borne et un don de soi immense pour affronter les pires horreurs, voir des gens mourir devant soi, constater la misère dans toute son ampleur et poursuivre son travail pour tenter de faire une différence.

Mais qu’ont-ils de spécial ces personnes qui mettent sur pause leur vie pour aller en sauver à l’autre bout du monde? Je ne sais pas… Mais je me promet d’y réfléchir et de trouver ma façon à moi d’aider et de mettre mon petit grain de sel dans cette chaîne humaine qui sauvent des vies et ramène un certain équilibre dans le chaos.

En attendant, pour aider à ma façon, je ferai un don à MSF. Et je invite à en faire de même, ou à aider à votre manière :
http://www.msf.ca/fr/nous-aider

Photo : worldhumanitarianday.org

Leave a Reply