Une nouvelle route…

Andrew Ruiz

Il y a des gens que l’on rencontre et qu’on sait d’ores et déjà qu’ils ne seront que de passage. Des connexions temporaires et éphémères… Sur le coup, on sent un certain lien mais finalement on réalise qu’on a peu en commun… Et pour d’autres on sait que c’est une belle et longue relation qui commence.

Aujourd’hui je quitte un monde, je mets un terme à un mandat, un pan de ma vie… Peut-être pour toujours, peut-être pour quelques temps seulement… Je n’en sais rien en fait, c’est la joie d’être consultant. Cette part d’inconnu me plaît, je m’y suis habituée et j’y suis confortable. Certaines personnes de mon entourage font de l’urticaire juste à l’idée de s’imaginer dans ma position… Moi j’y suis comme un poisson dans l’eau. Quand je sens que j’ai fait le tour et que je n’ai plus de rien à apprendre, je quitte, toujours en bons termes et avec des relations ainsi que des connaissances de plus dans mon baluchon.

Rencontrer de nouvelles équipes et affronter de nouveaux défis ne m’effraie plus… Je m’y suis fait et même plus, j’y suis à l’aise. Cette période d’adaptation est devenue pour moi nécessaire. J’aime découvrir et explorer un nouveau monde. Les personnalités sont aussi un monde fascinant! Approfondir des relations, décortiquer la façon de voir les choses d’une nouvelle équipe est une étude sociologique en soit! Et pour moi c’est du bonbon…

Moi qui étais anxieuse à la limite agoraphobe… Je ne croyais jamais arriver là un jour. Mais j’y suis et je m’assume pleinement. Il y a ces papillons dans le ventre et cette adrénaline qui alimentent les sens à une puissance extrême… C’est presque une drogue! Ça stimule, ça donne un boost d’énergie. Ça vient compenser pour l’aspect plus triste de quitter une équipe pour en rejoindre une autre.

Car il y a cette part plus sombre de cette dynamique, soit celle de partir. De laisser des gens derrière soi, même si on sait qu’on ne part pas bien loin, est toujours crève-cœur. Avoir ses repères, connaître ses collègues et savoir les forces et faiblesses de chacun, c’est sécurisant. Savoir qu’en cas de situation difficile, on sait qui aller voir, on comprend comment les choses se passent, pourquoi c’est comme c’est. La zone de confort…

Quand on recommence, on doit réapprendre tout cela, on ne comprend pas toujours les tenants et aboutissants, les décisions passées, l’historique… Les vieux conflits, les discussions qui ont déjà eu lieu…

Aujourd’hui je tourne une page, je clos un chapitre. Ce fût une belle histoire et surtout de belles rencontres. Enrichissantes, motivantes et parfois déroutantes. Il y a des rires, des visages et des expressions qui me manqueront. J’y ai eu des échanges musclés, des discussions loufoques et des découvertes passionnantes. J’ai grandi et appris tellement de choses. Et je remercie la vie de m’avoir amenée sur cette route qui m’aura permis d’évoluer et d’apprendre à me connaître encore plus.

Ce n’est qu’un au revoir comme dit la chanson. Le monde est petit et la vie, pleines de surprises!

 

Photo : Unsplash | Andrew Ruiz

Related Posts

Jessica Polar La liberté 8 juin 2017
Chinh Le Duc Du réconfort à chaque bouchée 2 mars 2018

Leave a Reply