L’écriture salvatrice

Florian Klauer

Il y a de cela quelques temps, j’ai décidé de me gâter en m’offrant un atelier d’écriture. Sans grandes attentes, je me disais qu’aimant écrire, j’y trouverais surement mon compte dans quelques trucs pour mieux structurer mon travail et, qui sait, peut-être enfin le courage d’aller au-delà de mes billets d’humeur pour enfin m’attaquer au projet d’un ouvrage plus complet.

J’ai été agréablement surprise et touchée par l’approche d’Isabelle Pitre qui, de par sa position de coach, relie l’écriture aux valeurs et à la personnalité de l’auteur. Les exercices très axés sur notre personne et nos convictions nous ont permis d’aller chercher à l’intérieur le sujet à aborder. L’apprentissage s’est fait un peu sous forme d’introspection et j’ai apprécié la sincérité de la chose. Car en toute honnêtement, je vois mal comment écrire en se prenant pour une autre serait chose facile.

Même si on désire écrire un roman ou une nouvelle complètement fictive, une partie de nous transparaîtra dans l’œuvre finale pour la simple raison qu’elle émane de notre imaginaire et que celui-ci est teinté de nos expériences et perceptions. Je m’attendais à un exercice plus didactique et théorique mais j’ai pu apprendre à déceler en moi les éléments qui me permettront de passer à l’acte, de transformer un projet en quelque chose de concret.

Vouloir écrire est une chose, y arriver en est une autre. Je n’ai pas encore décidé ni du sujet ni de la forme mais je sais maintenant mieux comment m’y prendre et en cela, l’atelier a été d’une grande aide. Bien sûr, me rassurer dans mon potentiel d’auteure éventuelle se cachait derrière cette manœuvre mais je l’assume pleinement. On est tous capable d’écrire et pondre des pages peut s’avérer relativement facile pour quiconque déborde d’imagination.

En faire un tout cohérent et surtout captivant est un défi de taille. Je ne saurais dire le temps que cela me prendra pour y arriver mais je sais que l’envie est plus forte que jamais d’y arriver. SI j’ai réussi, malgré le travail prenant et la vie qui défile si rapidement, à conserver mon intérêt d’écrire sur ce blogue, je me crois capable de pousser l’expérience encore plus loin. Les conditions devront être favorables, c’est certain, mais le chalenge est très stimulant.

Je n’aurais d’ailleurs pas cru être en mesure d’écrire si souvent quand j’ai lancé ce blogue et je m’attendais même à avoir des pannes d’inspiration. Je l’ai nommé mes trouvailles car je m’attendais à partager plus d’objets intéressants et inusités, des découvertes culinaires aux objets déco et trucs DIY, en passant par les artistes d’ici et d’ailleurs. Mais finalement, s’exprime et se révéler s’avère être franchement enthousiasmant.

Apprendre à se connaître, s’assumer dans ses prises de position, partager déceptions et trouvailles, voilà le voyage que j’ai entamé ici, sous vos yeux. Et je suis très fière du chemin parcouru. 2016 sera une année encore plus enrichissante!

 

Photo : Unsplash | Florian Klauer

Related Posts

Jonathan Pielmayer 25 trucs écolos 10 janvier 2017
Morgan Sessions Famille : quand la lignée nous inspire… 9 mai 2016

Leave a Reply