Chaque petit maillon de la chaîne fait une différence…

Demi Kwant

Si vous avez passé quelques minutes sur Facebook dans les derniers, jours, vous avez assurément vu passer l’appel à l’aide concernant la disparition de Jade Maréchal, une adolescente de 16 ans qui avait été vue pour la dernière fois dimanche soir à une soirée à l’hôtel Chabrol. Aujourd’hui, ses parents peuvent soupirer de soulagement car la jeune fille a été retrouvée sainte et sauve.

J’aime les histoires qui finissent bien, particulièrement quand il s’agit d’enfants disparus. Et, ces derniers temps, j’ai beaucoup dénoncé le manque de civisme des gens qui sont constamment rivés sur leur téléphone et regarde à peine ce qui les entoure. Par contre, il y a du bon aussi avec les réseaux sociaux et cette histoire nous le démontre clairement.

Lorsque les parents ont constaté que leur fille ne revenait pas à la maison, le père a publié un message sur Facebook pour demander l’aide du public pour retrouver sa fille. Ce message a été partagé et relayé plus de 116 000 fois en quelques jours à peine. Et c’est grâce à cela qu’un bon samaritain a reconnu l’adolescente et a alerté la police. Ces derniers ont retrouvé Jade en compagnie de 3 autres jeunes filles, droguées et probablement sur le point d’être amené dans une autre province selon les dires du père.

Peu importe ce qui est vrai dans cette histoire, l’important constitue le résultat, la conclusion : Jade est vivante et aura probablement eu la plus grande leçon de sa vie. Je suis prête à parier que la naïveté de ces jeunes femmes en recherche de sensations fortes vient d’en prendre pour son rhume et qu’elles passeront les prochains mois beaucoup plus tranquilles.

Je reviens donc à cette utilité incontestable des réseaux sociaux dans de telles histoires qui permettent en quelques minutes de rejoindre une panoplie de gens à qui on n’a jamais parlé de notre vie simplement grâce à un petit bouton partage. C’est fascinant et déroutant à la fois. Car quand il s’agit de mensonges, d’insignifiances ou de propos haineux, la vitesse de propagation est la même. Mais quand on parle de besoin réel d’aide du public, cette amplitude spontanée est clairement la bienvenue.

Ça fait réfléchir sur la bonne utilisation de ces outils de communication et j’espère que plusieurs porteront une attention particulière à ce qu’ils publient. Comme dans tout, la modération a bien meilleur goût et moi-même je partage probablement parfois des choses qui n’intéressent que peu de gens. Je serai plus alerte à l’avenir sur la pertinence de mes « post » mais chose certaine, quand une personne réclamera l’aide de sa communauté, je m’attarderai à cette demande plus qu’aux vidéos de projets DIY et autres produits intéressants et supposément révolutionnaires que je vois passer sur mon fil d’actualités.

Une petite touche d’humanité dans cet océan pollué d’informations futiles, ça nous ramène le cœur à la bonne place comme on dit. Et ça nous rappelle surtout qu’à la base, ces outils sont supposés nous aider, pas nous faire du temps et notre jugement.

Sur ce, bonne fin de semaine!

 

Photo : Unsplash | Demi Kwant

Related Posts

Février sobre 1 février 2019
Nina Strehl La paix d’esprit 3 avril 2017

Leave a Reply