Se présenter tel qu’on est

Tyler Mullins

Le principe des sites de rencontre m’a toujours autant fasciné que rebuté. La notion d’avoir un accès instantané à des milliers de personnes est intrigante et intéressante mais de voir défiler des profils comme on magasine des chaussures sur un site m’apparaît d’un mauvais œil. Comment peut-on juger une personne à partir d’une simple photo, statique et hors contexte, avec un nom d’utilisateur, une courte description si on est chanceux et quelques intérêts listés en vitesse?

À l’heure du numérique bien implanté dans nos vies, le concept nous paraît normal, voire positif. Pouvoir rencontrer des gens dont nous n’aurions jamais su l’existence avant est en soi un élément attrayant mais quand le jugement va plus vite que le battement des cils, ce n’est pas si rose. Et que dire des approches douteuses que certains prospects ont choisies?

Je suis une lectrice assidue de plusieurs blogues, enrichis de textes de divers rédacteurs et rédactrices enclins à partager leurs opinions sur la vie en général et c’est parfois attristant de constater à quel point il semble être presque impossible de trouver l’âme sœur sur de tels sites.  Il y a bien ces quelques histoires à succès dont on a tous entendu parlé mais dans la vraie vie, le nombre de mauvaises expériences, que dis-je, l’océan de flop ternit l’image de la rencontre virtuelle.

Et malgré tout, on continue d’essayer, de donner une chance, à se dire que de toute façon, c’est presque la seule manière valable de rencontrer quelqu’un puisqu’aujourd’hui, tout le monde a son nez rivé sur son téléphone alors le croisement de regard par hasard se fait plus rare.

Je réalise que le portrait que je dresse ce matin est un peu déprimant et terne mais sans être défaitiste, il faut tout de même avouer que la formule n’est pas tout à fait emballante. Je me demande quel est le taux de succès de ces plateformes et surtout si l’énergie dépensée à chercher, discuter et se dévoiler en vaut le coup. Et à quel point les gens reflètent leur vraie personnalité dans leur profil… j’ai vu beaucoup de fausse représentation et peut-être cela a-t-il altéré mon jugement de ces expériences… Ou peut-être ne suis-je simplement pas faite pour ce type d’échange virtuel, le réel m’attirant plus et permettant de ressentir plutôt que de calculer la compatibilité à grand coup de quiz ludique?

Bref… petite réflexion ce matin sur cette mer virtuelle d’âmes seules à la recherche d’une relation plus ou moins sérieuse. Je ne prends pas trop au sérieux ces démarches et j’y ai tout de même rencontré des gens intéressants quoi que peu compatible avec ma philosophie.

Et je préfère aller marcher dans le bois que de scruter les profils à la recherche du bon candidat. Au moins, si je croise un homme seul là-bas, je saurai au moins qu’on a déjà un intérêt en commun sans avoir vu une photo de son chest beaucoup trop tôt 😉

 

Photo : Unsplash | Tyler Mullins

Related Posts

Jacob Ufkes Vous êtes qui, vous? 29 novembre 2017
Diego Hernandez Oser 1 mai 2017

Leave a Reply