Être dans la paix

Christopher Sardegna

Être dans la paix, n’est-ce pas un état que l’on recherche constamment? Amener son corps set son esprit dans un état de plénitude et de calme, mettant de côté le brouhaha de nos pensées, nos problèmes, nos émotions, nos sensations pour vivre l’instant présent, savourer la vie qui nous habite et nous nourrit. Étrangement, ça prend de la pratique pour y arriver puisqu’on est habitué à être constamment sollicité, en mode proactif, dans la performance et la gestion efficace. Et pourtant, nous avons tant besoin de calme, de paix.

Se déposer, dans un lieu, dans un moment à soi, c’est donner se donner un cadeau précieux, c’est se donner à soi. Être, tout simplement, dans ce que l’on a de plus beau, de plus pur : nous-mêmes. Mettre de côté notre jugement, notre esprit critique, nos préoccupations quelques minutes pour se sentir connecté à soi et vibrer à l’intérieur. Porter son attention à chaque partie de son corps, à sa respiration. Cet exercice méditatif procure un réel bien-être et calme tous les tourments.

Dans notre monde mouvementé en constante évolution, l’arrêt est devenu négatif, péjoratif. Être en mouvement c’est être vivant en 2016. Pourtant, regardez la nature autour de vous. Les plantes sont vivantes et sont pourtant statiques. Elles sont actives, elles produisent la vie à l’intérieur mais elles ne courent pas. On s’est convaincu qu’il fallait toujours bouger, courir, avancer mais j’ai l’impression que ce cycle perpétuel ne fait que nous user, nous épuiser. Et bien souvent, à force de courir, on ne sait plus après quoi on court ni pourquoi on le fait. Et parfois, on tombe.

Être dans la paix, ça ne demande pas de s’exiler sur une île déserte ni d’être dans le silence à tout prix. On peut prendre quelques minutes dans notre trajet en métro pour s’enraciner avant de débuter notre journée, ou simplement s’asseoir à notre retour, fermer les yeux et respirer. Sentir l’air nouveau qui entre dans nos poumons et se concentrer pour expulser nos frustrations avec l’expiration. Faire sortir le méchant, laisser partir ce qui est négatif et qui, de toute façon, ne nous appartient pas. Lâcher prise et revenir à l’essentiel, le beau et le pur état vital.

On se fait du souci avec tant de choses insignifiantes dans la vie à commencer par ce que les autres pensent de nous. Quand on y pense, c’est ridicule car s’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais contrôler c’est le mental des autres alors pourquoi voudrait-on à tout prix avoir une emprise sur cela? Je trouve qu’on a beaucoup de difficulté à s’accepter tel que l’on est, à assumer qui l’on est et à rester ancrer dans nos valeurs. Pour plaire, bien des gens sont prêts à sacrifier une part d’eux-mêmes et c’est franchement triste.

Soyons donc plus en paix et plus détaché de l’opinion des autres. Il y aura toujours quelqu’un pour juger mais l’important c’est ce que nous sommes et comment on se sent. Et bien souvent, le jugement des autres parle plus d’eux que de nous. Ça reflète une souffrance et une faible estime de la personne qui juge envers elle-même. N’embarquons pas dans ce cercle négatif. Soyons plutôt fier de qui on est, en paix avec notre passé, en phase avec notre présent.

 

Photo : Unsplash | Christopher Sardegna

Related Posts

Lionel Gustave Une petite pause pour mieux continuer 29 juin 2018
Seth Doyle Chère liberté… 16 mai 2016

Leave a Reply