La liste du bonheur

Jérémy Demay : La liste

Hier, j’ai débuté la lecture du livre de Jérémy Demay : La liste. Ayant lu plusieurs critiques positives, je ne m’attendais pas à être déçue et après quelques pages seulement, je savais que, non seulement ce serait une agréable lecture, mais que j’allais aussi être touchée comme je l’avais été par les livres de Josée Boudreault.

Quand des talents d’ici, même adoptés avec les années comme pour l’auteur humoriste français, ouvrent leur cœur et nous témoignent de leurs expériences de vie, bonnes et moins bonnes, ça peut toujours être enrichissant et c’est tout à fait le cas avec cet ouvrage sincère. Authentique et ouvert, l’auteur nous partage ses réflexions et ses coups durs qui l’ont fait grandir mais aussi sa relation avec le public.

Je le dis d’emblée, je ne connaissais que très peu Jérémy Demay, ayant vu quelques sketches à la télévision dans des Gala Juste pour rire. Mais j’ai surtout découvert dans cette lecture un homme sensible et  honnête, qui ose parler de ses émotions, de ses moments de détresse, de sa dépression et des outils et rencontres qui l’ont aidé à passer au travers. Avoir le droit d’être heureux est en quelque sorte la ligne de pensée derrière ce bouquin franchement rafraîchissant.

J’adore ce type de lecture qui permet d’être à la fois touchée et informée, qu’on fasse appel à ma sensibilité autant que ma logique. Alors je ne peux que vous le recommander, et même si vous ne le lisez pas tout de suite, c’est le type de livre qu’on peut avoir toute sa vie dans sa bibliothèque et auquel on se réfère fréquemment.

J’entame ma troisième semaine de ce que je qualifie de mon arrêt volontaire de travail. Chaque fois que quelqu’un me demande si je vais bien, je souris car je sens chez certaines personnes de l’inquiétude face à cette décision. Mais je vous rassure, c’est une des meilleures que j’ai prise dans ma vie alors ne vous inquiétez pas! Quoique bienveillante, cette inquiétude jaillit plus des craintes de mon interlocuteur que de mon mode de vie actuel.

Et en y réfléchissant, j’ai réalisé qu’à travers les années, à chaque cycle d’environ 5 ans, j’ai ressenti le besoin d’arrêter, de prendre du recul par rapport à mon travail et à me reposer, me repositionner, me recalibrer. Que ce soit au Cégep, après plusieurs années au même endroit ou maintenant, c’est comme si intérieurement, quelque chose me disait que je ne me réalisais plus et que je devais me recentrer pour à nouveau me sentir bien. Quel beau phénomène naturel, tout de même!

Je vous invite à réfléchir à vos aspirations, à ce pourquoi vous êtes là où vous êtes et à vous demander si c’est le meilleur que vous pouvez faire, accomplir, être. On court tellement dans nos vies effrénées qu’on en oublie parfois de se demander si on est heureux. Je le répète souvent, je crois que plus les gens seront sur leur X, plus ils seront comblés, heureux, en paix et connectés, moins il y aura de violence, de chicane et de malheurs.

Bonne semaine!

P.S. Je vous parlerai prochainement de 2 ajours sur mon site, les sections recos resto et recos vino. Pour le moment, elles sont presque vides mais je travaille à les bonifier. On me demande parfois des recommandations de restaurants où on mange santé et/ou on peut trouver des vins bios et/ou nature, ainsi que des suggestions de vins bios et/ou nature alors voilà, les listes seront disponibles à tous!

Related Posts

Hannah Rodrigo La richesse des amitiés 28 août 2017
Moments extra ordinaires Mission : bonheur 14 novembre 2017

Leave a Reply