C’est juste de la neige…

Paul Green

Et oui, ce matin, l’hiver nous accueille à bras ouverts, nous chatouille le bout du nez, nous colle aux bottes. Oui j’ai mis le mot botte! Et je pourrais aussi parler de pneus d’hiver, de foulards, de mitaines, de manteaux chauds… Nos compagnons pour les prochains mois qui seront nos meilleurs alliés pour affronter le froid et les tempêtes, qui immanquablement, viendront ébranler quelques journées, tenons-nous le pour dit!

Chaque année, c’est le même cirque. Les retardataires attendent que la neige arrivent avant de chausser correctement leur véhicule, les plus téméraires tentent de défier la gravité et n’ajustent pas leur conduite, les enfants sont émerveillés devant cette féerie pendant que les parents sacrent après le retour de la saison froide… Bref, tout est normal, tout est prévisible mais l’effet de surprise lui, est toujours aussi frappant.

J’ai passé des années à ne pas aimer l’hiver, à bouder pendant plusieurs mois parce que rien ne m’inspirait dans cette saison. Et il y a quelques années, je me suis équipée : un super bon manteau long qui me protège jusqu’à -50 avec un capuchon digne d’Agaguk, des bottes à crampons, des foulards pour toutes les conditions et tous les styles (j’ai quand même un minimum de coquetterie!), des gants et des mitaines pour divers besoins et des jambières, combines et autres sous-vêtements pour les cas extrêmes. Avec ça, l’hiver me dérange moins tout à coup!

J’ai donc réappris à aimer l’hiver, à apprécier particulièrement le calme qu’on ressent dans le bois quand le seul son est celui de nos pas dans la neige, à aimer la douceur des matins où tout semble endormi, à savourer la lenteur exigée par les contraintes hivernales… Bon, certains me diront que le fait d’avoir opté pour un 4×4 fait pencher la balance et je ne les contredirai pas. Mais tout ça, ce sont mes conditions gagnantes à moi. J’ai trouvé mon équilibre, ma façon de traverser cette saison qui, je crois, ne sera jamais ma préférée.

Mais avec les bons outils, de la patience et un peu de maturité, on vient à bout de toutes nos craintes et nos perceptions erronées. Car je pense que j’ai longtemps retenu que le négatif de mes expériences hivernales : mes mains gelées, le froid qui piquait mes joues, la buée dans mes lunettes, le sentiment d’être toujours crispée dans mes vêtements inadaptés, le bordel créé par les tempêtes et l’imprévisibilité de cette saison chaotique. Mais ça fait partie de son charme aussi! Un moment donné, il faut commencer à voir le bon côté des choses si on ne veut pas se transformer en Grinch…

Tout ce chamboulement dans nos vies, les matins où ça semble l’apocalypse, où les écoles décident de fermer pour plus de prudence, où les parents restent en pyjama à la maison avec leur progéniture, où d’autres transforment le bureau en garderie temporaire, où plus aucun horaire ne tienne… Tout ça, ça fait partie de nos hivers et on doit arrêter de tenter de combattre. On doit accepter, faire avec et trouver le moyen de s’y sentir bien, sans être bousculé.

Je dis souvent qu’on ne sauve pas des vies dans mon domaine et à moins que vous soyez chirurgien, je ne crois pas que vous sauviez des vies non plus. Alors les matins où ça prend 4 heures pour se rendre au travail, quand l’école décide de fermer ou que le bureau est très loin de la maison et presque inatteignable, pourquoi ne pas rester chez-soi? Je le répète souvent mais pour moi, le télétravail est une option qui devrait faire partie de la vie de tous, particulièrement l’hiver quand les conditions sont dangereuses et que les routes sont embourbées.

Soyons donc conséquents de notre coin du monde. Il y a un hiver cette année, il y en aura un en 2017 et, je vous le donne en mille, il y en aura encore un en 2030! Trouvons donc le moyen de s’adapter à notre réalité. Je vous garantis qu’on en sortira tous gagnants et surtout plus heureux.

Bon bonhomme de neige!

 

Photo : Unsplash | Paul Green

Related Posts

David Tostado Se laisser inspirer 8 janvier 2019
Cynthia Magana Être bien, pour soi 24 octobre 2017

Leave a Reply